Donia Kaouach, cette Tunisienne qui fait rayonner les femmes tunisiennes en France

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Sous son allure si jeune se cache une grande maturité et un bout de chemin parcouru dans la cours des grands. Elle s'appelle Donia Kaouach, cette entrepreneur tunisienne de 30 ans aspire à tisser des ponts entre des femmes tunisiennes actives dans différentes sphères, aussi bien à l'échelle tunisienne que internationale, plus précisément en France.

Née en Tunisie, la jeune femme a étudié dans un lycée français. Après un double cursus en Droit et Finance, à Paris, elle embrasse une carrière professionnelle dans le secteur bancaire notamment. En 2011, portée par l'élan de la révolution, elle se lance dans l'activité associative et politique en Tunisie.

Rencontrée lors du Women's Forum Global Meeting 2017 à Paris, la jeune femme enchaine les rencontres, dans ce marathon de deux jours du 5 et 6 octobre. Son objectif: "mettre sur orbite à l'échelle internationale les actions et les batailles des femmes tunisiennes parce qu'à l'échelle du monde, elles se distinguent dans tous les domaines. Porteuses de grands enjeux, elles ont réussi à arracher leurs places dans bien des sphères grâce à leur détermination et à leur courage", a affirmé Donia Kaouach au HuffPost Tunisie.

La jeune femme tend à mettre en exergue cette réussite des femmes tunisiennes en France. Pour cela, elle est convaincue que les Tunisiennes doivent se mettre en réseau pour gagner en puissance et en visibilité à l'échelle mondiale.

Donia espère et agit en lançant le think thank, "Tunisiennes fières". Parmi ces Tunisiennes représentées lors de la première rencontre organisée par TF il y avait Olfa Rambourg, Essma Ben Hmida, Sarah Toumi, Wala Kasmi, Amira Yahyaoui, Sophia Baraket , Hela Ammar, et tant d'autres. Le point commun entre ces femmes engagées, issues de divers horizons est "ce qu'elles ont réussi à créer dans leur domaine, leur détermination à faire bouger les choses, leur talent, leur conviction qui ont fait la différence", a expliqué Donia Kaouach.

Pour les réunir ensemble et pour qu'elles puissent nouer des liens avec des homologues françaises, la jeune femme chapeaute avec la sénatrice française Catherine Dumas, présidente du think thank "Femmes Débats et Société", un rendez-vous régulier; "l’université d’automne des femmes tunisiennes et françaises".

La première édition a eu lien en septembre 2016 et a réuni 300 "working girls"des deux pays en présence notamment de Nathalie Loiseau, actuellement ministre chargée des Affaires européennes dans le gouvernement d'Edouard Philippe, Gabrielle Gauthey, Directrice des investissements de la Caisse des dépôts et des Consignations, la députée Frédérique Dumas et de plusieurs personnalités du monde économique et politique français.

En juin 2017, Donia Kaouach avec la ministre du Tourisme Salma Elloumi Rkik, Essma Ben Hamida, a intervenu à Rome dans le cadre du Women’s Forum 2017. Son intervention était autour de la paix et la sécurité comme valeurs universelles, et ce, aux côtés de la présidente de l'Estonie et actuelle présidente du Conseil de l'Europe Mme Kersti Kaljulaid , de la présidente de Malte Marie Louise Coleiro Peca et du présidente du Parlement Européen M.Tajani. À ce propos Donia Kouach estime que "la Tunisie est le dernier rempart contre l'insécurité en Méditerranée. Pour cela, elle mérite l'attention positive des Européens".

Engagée en politique internationale qu'elle considère comme "un défi de civilisation", elle vient d'être nommée Secrétaire général Adjointe d'une fondation internationale pour la Paix qui sera présidée par une importante personnalité politique française et qui rassemblera un board politique international de 15 pays.

Elle ne s'arrête pas là, elle est sur la préparation de la prochaine Université d'automne qui aura lieu en novembre 2017 au prestigieux Sénat à Paris. Une occasion de plus pour une rencontre de haut niveau avec des femmes issues de DEUX pays et qui sont au coeur du changement. Un prix spécial financier sera accordé à une lauréate tunisienne, confie-t-elle au HuffPost Tunisie. Le prix sera soutenue par une fondation française.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.