26 quotidiens et 34 hebdomadaires disparus depuis 2014

Publication: Mis à jour:
JOURNAUX
HuffPost Algérie
Imprimer

Un total de 26 quotidiens et 34 hebdomadaires ont disparu du paysage médiatique national depuis 2014, a fait savoir le ministre de l'information M. Djamel Kaouane, relevant toutefois, qu’en dépit de cette situation, celui-ci reste "dense", avec l’existence encore de 140 titres.

Néanmoins, il n’a pas exclu que d’autres titres puissent disparaître à l’avenir, considérant que cela est une conséquence évidente d’une crise économique et purement financière.

"Il n’échappe à personne que nous sommes en crise, le modèle économique est devenu obsolète partout dans le monde", a-t-il observé, évoquant "la fulgurante progression" d’internet et de toutes les passerelles qu’il peut offrir ainsi que l’influence grandissante des médias électroniques et des réseaux sociaux.

Autant de paramètres qui, selon lui, posent un " problème existentiel pour les médias classiques", d’où l’impératif "de repenser le métier", a-t-il ajouté. "La presse doit absolument faire sa mue et mettre le pied dans le 21éme siècle marqué par le défi du numérique. Pour être attractive et reprendre ses lettres de noblesse, celle-ci doit revenir à sa vocation initiale et universelle, celle d’informer", a-t-il préconisé.

A la question de savoir si les médias publics subissent de la censure, le ministre a affirmé le contraire, partant de sa propre expérience et a fortement plaidé pour l'existence de "débats contradictoires" dans la scène médiatique nationale.

Quand à l'inaccessibilité du site TSA depuis quatre jours, le ministre nie toute intervention. Il renvoie les responsables à Algérie Télécoms en disant " quand on vous coupe l'électricité, il faut s'adresser à Sonelgaz".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.