L'écrivain tunisien Yamen Manai remporte le Prix des 5 continents 2017 de l'Organisation internationale de la Francophonie

Publication: Mis à jour:
LAMAS ARDENT
Éditions Elyzad/Facebook
Imprimer

L'écrivain Tunisien Yamen Manaï a remporté vendredi le prix des 5 continents de l'Organisation internationale de la Francophonie pour son roman "L'amas ardent" publié aux éditions Elyzad.

"L'amas ardent" est son troisième roman. Ce dernier retrace l'histoire d'un apiculteur dans un pays imaginaire qui mène une vie d'ascète auprès de ses abeilles.

Né en 1980 à Tunis, Yamen Manai vit à Paris. Ingénieur, il travaille sur les nouvelles technologies de l’information. Son premier roman, La Marche de l’incertitude (Elyzad poche, 2010), a reçu en Tunisie le prix Comar d’Or, en France le prix des Lycéens Coup de Cœur de Coup de Soleil.

"Dans cette fable aux accents voltériens, un apiculteur défend ses abeilles contre une secte de frelons particulièrement agressive. Avec humour et une écriture limpide, l'auteur nous en apprend d'avantage sur les pulsions meurtrières des fanatiques que bien des discours" a déclaré Paula Jacques la présidente du Jury au sujet du roman de Yamen Manaï.

Le Prix sera officiellement remis à Yamen Manai par Adama Ouane, l’Administrateur de l’OIF le 11 octobre prochain.

Doté de 10.000 euros, le prix des 5 continents a été créé en 2001 pour "mettre en lumière des talents littéraires reflétant l’expression de la diversité culturelle et éditoriale en langue française sur les cinq continents" indique l'Organisation internationale de la Francophonie.

Les 10 romans finalistes en compétition étaient:

  • L'Amas Ardent de Yamen Manai (Tunisie) aux éditions Elyzad (Tunisie)
  • Apatride de Shumona Sinha (Inde) aux Editions de l'Olivier (France)
  • Avant que les ombres s'effacent de Louis Philippe Dalembert (Haïti) aux éditions Sabine Wespieser (France)
  • Bled de Tierno Monénembo (Guinée) aux éditions Seuil (France)
  • Palace café d’Anne Defraiteur Nicoleau (Belgique) aux éditions Tamyras (Liban)
  • Rapatriés de Nehemy Pierre-Dahomey (Haïti) aux éditions Seuil (France)
  • La Sonate à Bridgetower d’Emmanuel Dongala (Congo) aux éditions Actes Sud (France)
  • Les Temps de la cruauté de Gary Victor (Haïti) aux éditions Philippe Rey (France)
  • Le Testament de nos corps de Catherine Lune Grayson (Canada-Québec) aux éditions Mémoire d'encrier (Canada)
  • Le Venin du Papillon d’Anna Moï (France-Vietnam) aux éditions Gallimard (France)

C'est la deuxième année de suite que le prix revient à un auteur tunisien. En 2016, l'auteur Franco-tunisienne Fawzia Zouari a remporté le prix pour son livre "le corps de ma mère".

Hubert Haddad, né à Tunis, avait quant à lui remporté ce prix en 2008 pour son livre "Palestine".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.