Hmizate.ma rejoint le Top 100 des startup du monde arabe en 2017, son fondateur nous livre ses projets et sa vision du e-commerce au Maroc

Publication: Mis à jour:
STARTUP
Getty Images/iStockphoto
Imprimer

ENTREPRISE - À 35 ans, Kamal Reggad est à la tête de l'une des entreprises les plus actives du royaume. Sélectionnée parmi le Top 100 des Startups dans le monde arabe en 2017, selon le classement récemment livré par Forbes Middle East, Hmizates.ma représente l'élan du Maroc dans le domaine du digital et du e-commerce. Lancée en janvier 2011, la compagnie fondée par Kamal Raggad a révolutionné l'offre dans le marché marocain à travers ses deals à prix cassés et son concept d’achats groupés. Retour sur une success story à la marocaine.

HuffPost Maroc: Comment a démarré l'aventure Hmizate?

Kamal Reggad : L’idée de départ de Hmizate a émergé en plein essor du concept d’achat groupé aux États-unis en 2010. Le concept était révolutionnaire et les analystes parlaient d’une véritable révolution en matière de consommation et d’achat sur Internet. Installé aux États-Unis à l’époque, j’ai assisté au lancement de Groupon à Boston et à sa croissance phénoménale. L’idée m’est alors venue de lancer le premier site e-commerce au Maroc, Hmizate.ma.

Le Maroc avait un taux de pénétration internet et de bancarisation assez élevés. Tous les éléments macro-économiques étaient réunis pour offrir un terrain propice au démarrage du e-commerce au Maroc. Depuis, en plus de Hmizate.ma, nous avons créé le Groupe Menaclick, qui regroupe HmizateMall.ma, un mall en ligne proposant plus de 35.000 produits, et HmizateGo.ma, un site de réservation d’hôtel en ligne avec plus de 109.000 hôtels partout au monde et la possibilité de paiement en dirham.

kamal reggad hmizate

Que représente pour vous cette nomination parmi les 100 startup arabes de l'année selon Forbes Middle East?

C'est avant tout un sentiment de fierté pour toute l’équipe derrière le développement de Hmizate Group. C'est aussi une sorte de une consécration pour nous et nos partenaires, à qui revient en premier lieu cette nomination. Cela nous encourage à accroître nos efforts et continuer de développer le commerce en ligne au Maroc. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir et nous devons garder les pieds sur terre et nous concentrer sur le business.

Quelle est votre vision pour les prochaines années?

Notre objectif est tout d'abord de continuer à renforcer la confiance des vendeurs sur tous les aspects (commercial, logistique, paiement). Notre premier défi sera de réussir le White Friday 2017 qui aura lieu en fin novembre avec des offres jamais vues sur Internet. D’ici mai 2018, nous ambitionnons également de déployer notre système de livraison, HmizateExpress, avec des livraisons réalisées en moins de 24h. Si ce système a déjà fait ses preuves à Casablanca, nous souhaitons l'étendre à Marrakech, Tanger, Fès et Meknès. Nous travaillons aussi sur l’adhésion des vendeurs à ce programme, pour expédier le colis en moins de 6h, et visons un taux de 70% d’ici fin 2018.

Enfin, nous souhaitons enrichir notre catalogue de produits. Notre but est d’atteindre les 300.000 produits référencés d'ici fin 2018. Cet élargissement concernera les catégories phares comme la téléphonie, la mode ou électroménager, via l’acquisition de nouveaux vendeurs, mais aussi le développement de catégories niches.

Vous êtes la seule startup marocaine parmi les 100 sélectionnées, pourquoi selon vous? Qu'est-ce qui manque aux startup marocaines pour pouvoir se développer?

Honnêtement, nous ne connaissons pas les critères exacts de cette sélection. Mais je connais plusieurs startup marocaines très prometteuses, qui méritent de figurer dans ce classement et ont toutes les qualités.

Concernant le développement de l’éco-système startup, il faut s’inspirer de ce qui se fait aux Émirats, en Égypte ou en Jordanie. Si ces pays se démarquent c’est que leurs gouvernements ont décidé de porter au devant l’écosystème entrepreneurial, l'accès au financement, le coaching, le développement d'espaces de coworking... Ce sont toujours ces mêmes ingrédients qui font mûrir l'entrepreneuriat aux quatre coins du globe.

Que pensez-vous de l'esprit de l'entrepreneuriat au Maroc?

La scène de startup marocaines est florissante ces dernières années. Plusieurs entrepreneurs se lancent, la prise de risque est peu à peu démystifiée, ce qui est une excellente chose. Nous avons besoin de soutenir nos entrepreneurs et leur offrir un environnement convenable afin d’augmenter leurs chances de réussite et contribuer au développement de notre pays.

Comment se porte le marché de l'achat en ligne au Maroc?

Nous sommes toujours très loin du potentiel du e-commerce au Maroc, mais pas très loin du point d’inflection. La croissance s’est accélérée depuis fin 2016 et s’est accentué en 2017. Nos indicateurs sont en forte progression ces 12 derniers mois en termes de nombre de visiteurs, nouveaux clients, taux de repeat business, ainsi que le panier moyen du consommateur. Actuellement, la logistique est sans doute le plus grand challenge de tous les e-commerçants, il y a beaucoup d’amélioration à faire au niveau de la logistique et des tarifs proposés.

Pensez-vous que les Marocains soient prêts pour une offre plus large sur le net?

Les Marocains sont de plus en plus nombreux à acheter en ligne. Plusieurs améliorations sont à apporter principalement au niveau du transport et livraison. Une tarification compétitive, des outils de tracking précis, une meilleure gestion opérationnelle, voici autant d’éléments dont le e-commerce a besoin urgement. Il y a aussi le monopole sur les colis dont le poids est inférieur à 1 kg, qui pose un réel problème. Il faut libéraliser le marché pour donner la chance aux petits et moyens transporteurs de se développer. Il est temps de casser des pratiques révolues pour un secteur innovant qui a besoin de souplesse et d’agilité!

LIRE AUSSI: