Aggravation du déficit courant pour atteindre 6,6% jusqu'à août 2017 selon la Banque Centrale de Tunisie

Publication: Mis à jour:
GROWTH
Shutterstock / Shutter_M
Imprimer

Le déficit courant continue de se creuser, a révélé la Banque centrale de Tunisie dans un communiqué rendu public, à l'issue de la réunion de son conseil d'administration, tenue le 4 octobre 2017.

La BCT a souligné la persistance des pressions sur l’équilibre du secteur extérieur, suite au creusement du déficit courant pour atteindre 6,6% du PIB au terme des huit premiers mois de 2017 (contre 5,8% une année auparavant), en raison de l’élargissement du déficit de la balance commerciale qui a dépassé 10 milliards de dinars.

La banque a, toutefois, noté l’amélioration de la balance des services et des revenus de facteurs dont l’excédent a dépassé, au cours de la même période 1,8 milliard de dinars, et ce en relation avec la progression des recettes touristiques et des transferts des tunisiens résidents à l’étranger de 22,3% et 12,6%, respectivement.

D’autre part et dans le cadre du suivi de la situation des réserves de change, le Conseil a pris connaissance d’un ensemble de données relatives aux résultats préliminaires de la gestion des avoirs en devises au cours du premier semestre de l’année en cours et a débattu de la stratégie et des instruments de placement des réserves en devises sur les marchés extérieurs, notamment en terme de liquidité, de rentabilité et de gestion des risques.

Par ailleurs et en rapport avec l’accroissement continu de la circulation fiduciaire, le Conseil a examiné une note qui traite de l’évolution des opérations de paiements en espèces à un rythme accru ces derniers temps, comparativement à celui enregistré par les principaux indicateurs économiques et financiers, et des actions et mesures envisageables pour en atténuer l’expansion.

La BCT a décidé, par ailleurs, de maintenir inchangé son taux d’intérêt directeur.

LIRE AUSSI:

Un situation économique inquiétante

Intervenant sur les ondes d'Express fm, l’expert financier et économique, Hatem Zaâra a dressé un tableau noir de la situation économique du pays. Les indicateurs dévoilés par la BCT mettent en relief la gravité de la présente crise économique.

Il a estimé que face à un niveau d’endettement extérieur record atteignant plus de 60% du PIB à qui s'ajoute la dégradation des avoirs en devises qui ne couvrent que 90 jours d’importation, le paiement de la troisième tranche du crédit par le Fonds monétaire international (FMI) serait difficile.

L'expert a estimé que parmi les solutions possibles pour sortir de la crise figurent l’ouverture de comptes bancaires en devises et le retrait des billets de 50 dinars, devenus comme étant le moyen le plus répandu dans les tractations au sein du marché parallèle.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.