Après avoir violé les accords de pêche entre la Tunisie et l'Italie: L'équipage d'un bateau de pêche italien retenu à Sfax puis relâché

Publication: Mis à jour:
FISHING MIGRANTS TUNISIA
TO GO WITH AFP STORY BY KAOUTHER LARBI A member of the Tunisia's national guard stops a fishing boat in the sea bordering Tunisia and Libya as they check vessels for illegal migrants trying to reach Europe on May 5, 2015 off the coast of Tunisia's southeast port of Zarzis. Already on high alert along the border because of the chaos and security problems that plague neighbouring Libya, Tunisian authorities are now faced with responding to a growing number of distress calls off the coast as increa | FETHI BELAID via Getty Images
Imprimer

Après plusieurs jours de négociation, les membres de l'équipage du bateau de pêche Sicilien retenus depuis le 16 septembre 2017 à Sfax pour avoir pêché dans une zone non-autorisée par les accords entre la Tunisie et l'Italie, ont été finalement autorisés à quitter la Tunisie, selon Euronews. "Anna Madre" et son équipage étaient bloqués au port de Sfax après qu'une amende de 69.000 euros leur a été infligée par les autorités tunisiennes. Après négociation ainsi qu'une grève de la faim du capitaine et du mécanicien naviguant, l'amende a été réduite à 34.500 € et les membres ont quitté la Tunisie ce matin par avion. Le bateau quant à lui restera à Sfax jusqu'à la mi-octobre.

Selon le journal électronique Europa Today, le parlementaire européen Ignazio Corrao se serait adressé à la haute représentante pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité auprès de l'Union Européenne (Chef de la diplomatie), Federica Mogherini, lui demandant d'intervenir pour libérer l'équipage de "Anna Madre".

"Je ne comprends pourquoi l'Union Européenne n'a toujours rien fait pour libérer nos compatriotes et résoudre ce problème que je qualifie de problème diplomatique entre le gouvernement tunisien et l'Italie" aurait déclaré Corrao au média italien.

"Notre ministre des Affaires étrangères qui est Sicilien lui aussi, n'a pas remué le petit doigt pour régler le problème, alors que quand il s'agit d'aider la Tunisie, Mogherini se déplace avec beaucoup de diligence pour promouvoir l'huile d'olive tunisienne et en faire entrer des tonnes en Europe sans taxes" a-t-il écrit dans sa publication.

Carrao conclut son message en disant "C'est honteux qu'il n'y ait toujours rien de fait pour protéger des gens qui faisaient leur travail, surtout qu'il s'agit d'un pays que l'Italie a aidé à plusieurs reprises".

Il a également publié un article sur le site d'information beppegrillo.it dans lequel il revient sur les accords régissant l'exploitation des eaux de la Méditerranée, ainsi que des recommandations qu'il avait soumises à l'Union Européenne pour apporter des modifications à ces lois.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.