Des écoliers réquisitionnés pour accueillir Béji Caid Essebsi? Le syndicat régional de l'enseignement de base condamne

Publication: Mis à jour:
BCE
Facebook/Présidence Tunisie رئاسة الجمهورية التونس
Imprimer

Suite à la polémique suscitée par l'accueil fait au président Béji Caid Essebsi lors de sa visite mercredi à Sousse, les réactions, souvent d'indignation, ont été nombreuses, aussi bien sur les réseaux sociaux que dans les médias.

Selon Mosaïque FM, le délégué régional de l'éducation, Néjib Zbidi a déclaré qu'il aurait reçu des demandes de la part de 3 directeurs d'écoles primaires demandant l'autorisation de rassembler les élèves pour accueillir le président. Selon Zbidi, les organisateurs de la visite de Caid Essebsi auraient distribué les fameuses pancartes qui ont provoqué l'indignation de bon nombre de Tunisiens. Il a également dit que la décision de libérer les élèves des cours pour aller applaudir le président, était spontanée.

D'autre part, Riadh Ketita, professeur au lycée pilote de Sousse, a déclaré sur les ondes de Jawhara FM que ce "détournement" d'élèves a provoqué un choc au sein du corps enseignant ainsi que chez les parents, qualifiant cela d'un "retour aux anciennes pratiques". "On croyait que cette époque est révolue" a-t-il déclaré avant d'affirmer que les ordres seraient venus directement du gouverneur de Sousse, Adel Chtioui, et du délégué régional de l'éducation, Néjib Zbidi.

Riadh Ketita qui a qualifié cette mobilisation de "pratique novembriste" (en référence au 7 novembre), attribue l'entière responsabilité au gouverneur, au délégué de l'éducation, ainsi qu'au directeurs des écoles qui "se sont soumis aux ordres".

Toujours selon Ketita, des directeurs d'écoles primaires se trouvant loin du lieu de passage du président, auraient été contactés en vue d’affréter des bus pour transporter plus d'élèves. Il a conclu son intervention en saluant tous ceux qui "n'ont pas obtempéré et assuré la continuité des cours".

De son côté, le syndicat régional de l'enseignement de base a condamné cette atteinte à l'intégrité des institutions scolaires, appelant dans un communiqué à ne plus les utiliser pour des fins politiques.

Fanfare, majorettes, drapeaux et des écoliers ont accompagné la visite du président de la République Béji Caid Essebsi à Sousse mercredi, ce qui a indigné les réseaux sociaux.

Après avoir donné le coup d'envoi des travaux du Mall de Sousse, il a inauguré deux unités de production de la société UNIMED avant d'avoir suivi l'avancement du plan de réaménagement du Stade de Sousse.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.