La valeur de la cocaïne saisie lundi par le BCIJ s'élève à près de 26 milliards de dirhams (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
SAISIE COCAINE MAROC BCIJ
La valeur de la cocaïne saisie lundi par le BCIJ s'élevait à 2,75 milliards de dollars | AIC PRESS
Imprimer

TRAFIC DE DROGUE - On en sait plus sur le gros coup de filet mené par le Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ) contre un cartel de drogue au Maroc, lundi 2 octobre. 15 personnes ont été arrêtées, dont les deux cerveaux du réseau déjà en prison pour leur implication dans une affaire similaire, rapporte la MAP.

Parmi les personnes interpellées figurent des binationaux maroco-espagnols ou maroco-néerlandais, a indiqué mercredi le directeur du BCIJ, Abdelhak El Khiam, lors d'une conférence de presse.

La valeur totale des 2,588 tonnes de cocaïne saisies dans une ferme près de Oued Cherrat, dans la province de Bouznika, et à Nador, s'élève, après traitement, à 25,85 milliards de dirhams (environ 2,75 milliards de dollars), a souligné le directeur du BCIJ.

Le taux de concentration de la drogue saisie, une quantité record, s’élève à 93%, un niveau jamais enregistré auparavant, ce qui aurait permis, après traitement et ajout de matières chimiques, de multiplier la quantité par cinq ou six, a tenu à préciser M. El Khiam.

L’opération a permis également la saisie de huit voitures utilisées dans le transport et la distribution des drogues, des sommes d’argent de près de 391.520 euros et de 172.620 dirhams et de deux fusils de chasse et des cartouches, ainsi que des téléphones portables dont certains satellitaires, a-t-il poursuivi.

Des liens avec des trafiquants en Amérique du Sud

Ce réseau criminel, a ajouté M. El Khiam, a des ramifications dans plusieurs villes marocaines, notamment à Nador, Casablanca, Meknès, Fès et Tanger, où les drogues sont distribuées, en plus des ramifications transnationales

Les deux cerveaux de ce réseau entretiennent des liens avec des trafiquants en Amérique du Sud, plus particulièrement au Venezuela, qui leur fournissent la drogue, en plus de relations avec des trafiquants dans des pays européens et arabes.

Le directeur du BCIJ a indiqué que les recherches sont toujours en cours pour mettre la main sur d’autres personnes impliquées dans cette affaire, ajoutant que les investigations au sujet de ce réseau ont débuté il y a plusieurs années.

"Le mode opératoire de ce réseau est similaire à celui des cartels de drogues en Amérique du Sud en termes de structure, de stockage, de distribution et d’exportation de la drogue en Europe", a-t-il noté, précisant que les éléments de ce réseau ramenaient des cargaisons d’Amérique latine par voie maritime, passant par les provinces du sud, d'où elles étaient transférées à d'autres régions "au moyen de techniques précises et complexes difficiles à déceler".

Il a d'autre part relevé un changement dans les stratégies des réseaux spécialisés dans le trafic de cocaïne, qui utilisaient par le passé le Maroc en tant que point de transit des stupéfiants, et distribuent désormais cette drogue dans les villes du royaume.

  • AIC PRESS
  • AIC PRESS
  • AIC PRESS
  • AIC PRESS
  • AIC PRESS
  • AIC PRESS

LIRE AUSSI: Cinq hommes arrêtés à Casablanca avec près de 6,5 kilos de cocaïne dans leurs estomacs