"El Aers" à Dream City: Le spectacle du collectif tuniso-italien "Corps Citoyens" qui décrypte la migration

Publication: Mis à jour:
CORPS CITOYENS
FACEBOOK/CORPS CITOYENS
Imprimer

Le rêve est-il de l'autre côté de la Méditerranée? Est-il au Sud ou au Nord? Corps Citoyens, le collectif artistique s'intéresse à la question à travers leur performance "El Aers" (Le mariage), dans le cadre du festival Dream City 2017.

Au menu, théâtre, danse, musique et couscous, oui vous avez bien lu, quoi de mieux qu'un bon couscous pour célébrer un mariage?

Lauréat d'un appel à résidence par l'association "L'Art Rue" en Janvier 2017, c'est dans ce cadre que s'est tenue la première prestation du spectacle "El Aers". Ensuite, le collectif est invité à participer au festival Jaou Tunis en Mai 2017, dont le thème tournait autour de la migration.

corps citoyens

Pour Dream City, c'est une troisième réécriture du spectacle qu'ils présenteront au public, dans un nouvel itinéraire qui traverse la Medina. "Installations, arts visuels, poésie, théâtre ou encore interactions avec le public" promet la directrice du projet, Anna Serlenga.

Pour y assister, il suffit de se rendre à 21h au 62, Rue Tourbet el Bey et suivre les artistes du collectif dans leur parcours à travers la Medina de Tunis.

Le mariage Nord-Sud

En 2013, Corps Citoyens est né lors d'une rencontre entre des jeunes tunisiens et d'une italienne venue vivre en Tunisie. Rabii Brahim, Saoussen Babba, Aymen Mejri et Anna Serlenga.

Plus tard, Alessandro Rivera-Magos, Lilia Ben Romdhane et Francesca Cogni les rejoindront. C'est alors que le collectif commence à travailler, en 2015, sur leur projet "El Aers - The wedding project".

jsjsk

Le collectif se déplace alors dans différentes régions de la Tunisie pour des ateliers, "Nous allons vers les villes considérées comme des 'portes de sortie' comme Zarzis, Mhamdia ou Kelibia" explique Rabii Brahim au HuffPost Tunisie. C'est donc là qu'ils font leurs recherches et qu'ils collectent leurs histoires.

""El Aers" est le résultat d'un travail participatif" indique Rabii Brahim, "Nous sommes à l'écoute des jeunes, et nous élaborons notre travail à travers leurs récits"

Ce spectacle "El Aers", c'est en fait le mariage entre le rêveur et son rêve. C'est "la rencontre entre les deux rives" reprend-t-il.

À la poursuite d'un monde meilleur

Quitter leur pays pour "un monde meilleur", c'est le rêve de beaucoup de jeunes issus des quartiers défavorisés. De l'autre côté de la méditerranée, des jeunes italiens partagent ce même désir, celui de partir.

"Par exemple, les membres de notre collectif qui sont venus d'Italie pour vivre en Tunisie étaient à la recherche d'une meilleure vie ailleurs" illustre Rabii.

"C'est mon cas... wallah" s'exclame Anna, "J'ai eu la possibilité et la chance de venir avec mon passeport rouge en Tunisie pour travailler, l'inverse n'aurait pas été possible. Mais malheureusement, tout le monde n'a pas les mêmes droits, et pourtant c'est la même nécessité, qu'elle soit personnelle, économique ou politique".

LIRE AUSSI: Dream City: La 6ème édition à travers les mots de son directeur artistique, Jan Goossens

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.