La récolte des dattes 2017-2018 sera un record, annonce le ministre de l'Agriculture Samir Taieb

Publication: Mis à jour:
HARVEST DATES TUNISIA
Wholesale date market. (Photo by: Godong/UIG via Getty Images) | Godong via Getty Images
Imprimer

La récolte des dattes pour la saison 2017-2018 sera "une récolte record", a annoncé le ministre de l'agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche, Samir Taieb. La production devant augmenter de 26,3% en comparaison avec la saison écoulée pour s'élever à 305,251 mille tonnes contre 241,666 mille tonnes au cours de la saison 2016-2017, a-t- fait savoir .

Lors d'un atelier organisé par le Groupement interprofessionnel des fruits (GIF) sur les préparatifs pour la saison d'exportation des dattes 2017-2018, le ministre a appelé tous les intervenants dans le secteur à respecter les conditions sanitaires et à assurer le suivi des opérations de traitement, de conditionnement et d'emballage dans les caisses en plastique.

Le Maroc, premier client de la Tunisie

Il a fait remarquer, qu'en dépit du triplement environ de la production de dattes en Tunisie au cours de la dernière décennie, cette filière a besoin davantage d'encadrement en vue de sa consolidation au vu de la vive concurrence existant avec les principaux marchés, notamment celui du Maroc qui reçoit 30% des exportations tunisiennes, outre le marché algérien.

Le directeur général du GIF, Mohamed Ali Jendoubi, a indiqué, dans ce contexte, que le Maroc et l'Algérie oeuvrent à réaliser leur autosuffisance dans le domaine des dattes à l'horizon 2025, ce qui se réflètera négativement sur les dattes tunisiennes qui occupent la première place à l'échelle mondiale au plan des exportations et la seconde concernant la production.

Toutefois, il a souligné la stagnation des exportations des dattes vers le marché européen et leur faiblesse vers les marchés américain et asiatique.

Focus sur les problèmes du secteur

Plusieurs agriculteurs participant à l'atelier ont, quant à eux, recommandé de fournir tous les moyens nécessaires à la protection de la récolte, s'agissant notamment des moustiquaires et des caisses en plastique qui doivent répondre aux normes en rapport avec la consommation. Il s'agit, également, d'actualiser le cahier de charges et de l'imposer aux collecteurs parmi lesquels certains exploitent l'agriculteur et font preuve d'arnaque lors du conditionnement des dattes, d'après ce qu'a dit Mohamed El Hammi, un agriculteur participant à l'atelier.

Il a appelé le ministère du commerce à lutter contre les silos anarchiques qui ne répondant pas aux conditions de stockage et causent la perte d'environ 20% de la récolte.

De leur côté, plusieurs exportateurs présents ont mis l'accent sur la nécessité d'appliquer le cahier des charges, surtout après l'augmentation des tromperies dans le conditionnement des caisses exportées depuis 2011, ce qui cause le retour de la production par le pays importateur.

Un autre exportateur, Sofiane Litaeim, a évoqué la faiblesse des moyens de protection et la limitation de la prolifération du vers des dattes.

A noter que les exportations de dattes au cours de la saison 2016-2017 (jusqu'au 30 septembre 2017) ont atteint environ 109,8 mille tonnes d'une valeur de près de 569,3 millions de dinars (MD) contre 110 mille tonnes pour le montant de 473,7 MD au cours de la même période de la saison 2015-2016.

Les dattes tunisiennes ont été exportées vers près de 80 pays, selon des données du GIF.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.