Main dans la main, le Maroc et l'ONUDI veulent passer à la vitesse supérieure

Publication: Mis à jour:
INDUSTRIE ONUDI
Ministère du Commerce et de l'Industrie/TWITTER
Imprimer

INDUSTRIE – Après un bilan de réalisations industrielles "extrêmement favorable", le Maroc est prêt à passer à une nouvelle étape dans son partenariat avec l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI). C’est ce que vient d’indiquer aujourd’hui le ministre du Commerce et de l’industrie, Moulay Hafid Elalamy, lors d’une réunion avec le directeur général de l’institution internationale, Li Yong.

Selon le ministre, il est à présent temps de passer à des objectifs plus ambitieux pour le royaume, désormais 4e principal investisseur dans le continent africain. Une place acquise grâce aux changements profonds que le pays, a connus que ce soit en termes d’infrastructures routières, portuaires et aéroportuaires, ou à travers l’amélioration de sa compétitivité en devenant une plateforme de l’industrie automobile et aéronautique.

De son côté, le responsable onusien s’est déclaré satisfait du "travail d’envergure" réalisé par le Maroc, citant notamment le Plan national d’accélération industriel qui vise, entre autres, à accroître la part industrielle dans le PIB de 9 points en la portant de 14% à 23% à l’horizon 2020.

"Le Maroc est déjà sur les rails en termes de développement, ce qu’il faut envisager maintenant c’est d’accélérer la vitesse de ce développement", a-t-il affirmé, ajoutant que la coopération entre l’ONUDI et le Maroc a été "l’une des plus fructueuses par rapport à d’autres pays de la région". Ce qui place le royaume en bonne position pour devenir un hub industriel.

La rencontre a également été l’occasion d’examiner avec la partie marocaine les moyens de partager son expérience et son savoir-faire avec les pays du continent africain les moins développés, a souligné le directeur de l’ONUDI, estimant que le retour du Maroc au sein de l’Union africaine est une opportunité "réelle" pour la coopération sud-sud.

À noter que Li Yong effectue depuis le 2 octobre une visite de travail au Maroc qui devra durer trois jours et qui lui permettra de rencontrer différents officiels et représentants du secteur public et privé.

LIRE AUSSI: