Tunisie: Vers l'adoption d'une loi de finances complémentaire pour l'exercice 2017 pour financer le déficit budgétaire

Publication: Mis à jour:
IMPT
Shutterstock / docent
Imprimer

Le gouvernement Youssef Chahed s’apprête à adopter une loi de finances complémentaire pour l’exercice 2017 a appris l'agence TAP. Celle-ci permettra de financer le déficit budgétaire, lequel devrait atteindre 6% à la fin de l’année en cours, contre un taux prévu par la loi de finances 2017, de 5,4%.

À travers le budget complémentaire, le gouvernement révisera les bases sur lesquelles il a élaboré le budget 2017, notamment, les volets concernant le déficit budgétaire, la croissance, l’inflation et le taux de change du dinar.

Le déficit budgétaire est expliqué par la hausse des dépenses de l’Etat à cause de la croissance des dépenses de subvention des hydrocarbures qui ont atteint 1650 millions de dinars (MD), contre 650MD prévus.

Il s’agit en outre de l’augmentation des salaires de 800 MD (différents accords) et des charges supplémentaires d’une valeur de 180MD, à cause de la révision du barème d’impôt.

Les revenus fiscaux de l’Etat ont régressé à cause de la baisse de la participation exceptionnelle des sociétés par rapports aux prévisions inscrites dans le cadre de la loi de finances pour atteindre 730 MD au lieu de 950MD programmés.

Par rapport aux prévisions de la loi de finances de 2017, les prévisions tablent sur une baisse du taux de croissance qui passera de 2,5 à 2%.

La valeur du dinar enregistrera une baisse par rapport aux devises étrangères, outre la hausse du taux d’endettement qui atteindra 70%. Le taux d’inflation dépassera les 5%.

Alors que les discussions vont bon train quant à la loi de finances 2018, l'adoption d'une loi de finances complémentaire pour l'exercice 2017 a été une des propositions de l'UGTT.

La loi de finances 2018 quant à elle est source de nombreuses tensions. Selon l'expert comptable, Walid Ben Salah celle-ci pourrait mener à "une explosion sociale.

Même son de cloche du côté de la Fédération tunisienne de l'hôtellerie qui le projet de loi de finances 2018 "va achever le tourisme".

De son côté, la centrale patronale, l'UTICA a vivement réagi à ce projet de loi de finances 2018 tout en proposant une série d' orientations et de propositions afin de mettre sur pied un plan de relance.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.