La députée Leila Chettaoui appelle le ministre des Finances à faire la lumière sur les bénéficiaires de l'amnistie générale de 2011

Publication: Mis à jour:
CHETTAOUI
Facebook
Imprimer

Dans une lettre qu'elle a publiée sur son profil Facebook, la députée Leila Chettaoui s'est adressée au ministre des Finances Ridha Chalghoum, pour lui demander de publier le volume des coûts engendrés par l'amnistie générale législative de 2011, ainsi que la liste des bénéficiaires.

Chettaoui s'est également interrogée sur le nombre de réinsertions faites dans la fonction publique suite à cette loi. "De combien a été la part des caisses sociales dans ces dédommagements?" a-t-elle écrit dans son statut Facebook

"Près de 7 ans maintenant se sont écoulés depuis la signature du décret-loi relatif à l'amnistie générale, et la polémique sur la valeur des indemnisations est toujours d'actualité. Cela crée un environnement propice aux rumeurs. Alors dans le cadre de la transparence et au vu du droit de chacun d'accès à l'information, nous vous prions de bien vouloir nous communiquer le montant des dédommagements liés à l'amnistie générale de 2011, ainsi que la liste des bénéficiaires" a-t-elle écrit dans sa lettre.

En 2013, le ministère de la Fonction publique et de la gouvernance avait publié les statistiques officielles sur les recrutements exceptionnels effectués la même année, qui avaient concerné les bénéficiaires de l’amnistie générale, les blessés de la révolution et les familles des martyrs. Selon le ministère, quelque 7565 personnes amnistiées avaient été recrutées dans la fonction publique.

Jusqu'en 2014, le nombre de fonctionnaires travaillant pour les ministères et les établissements publics était de 591.173 fonctionnaires selon des données publiées par l'Institut National des Statistiques.

Toujours selon l'INS, le nombre d'agents publics avait augmenté de 155.686, entre 2010 et 2014, avec un bond spectaculaire connu en entre 2011 et 2012.

Lire aussi:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.