La justice rend son verdict concernant l'affaire de Faïza Souissi, l'enseignante de Sfax humiliée par les parents d'élèves

Publication: Mis à jour:
JUSTICE TUNISIA
Law and Justice concept. Mallet of the judge, books, scales of justice. Gray stone background, reflections on the floor, place for typography. Courtroom theme. | Michał Chodyra via Getty Images
Imprimer

Victime d'agression et d'humiliation de la part des parents d'élèves d'une école à Sfax, l'institutrice Faïza Souissi, n'en est pas sortie indemne. Lundi, la justice a rendu son verdict dans cette affaire qui a fait couler beaucoup d'encre ces dernières semaine.

S'agissant des assaillants impliqués dans l'agression de l'institutrice, la chambre criminelle du tribunal de première instance de Sfax 2 a condamné à 5 mois de prison ferme, les trois hommes qui comparaissaient en état de détention, et de 5 mois de prison avec sursis contre 2 femmes qui ont comparu en état de liberté, précise le porte-parole des tribunaux de Sfax, Mourad Turki, dans une déclaration accordée à Shems Fm. Ils ont été condamnés pour obstruction de la liberté de travailler selon la même source.

Quant à l'institutrice, elle aurait été condamnée à deux mois de prison avec sursis pour avoir agressé un avocat lors de l'audience, précise le porte-parole des tribunaux de Sfax, Mourad Turki, à la TAP, et non pas un mois, comme l'avait annoncé, la veille, à Shems Fm.

Selon Espace Manager, Faïza Souissi se serait fortement énervée "lors de plaidoirie d'un avocat qui relevait des contradictions à ses propos". Emportée par la colère, elle aurait manqué de respect à la cour ce qui a laissé le juge ordonner son évacuation, rapporte la même source. L’institutrice se serait retrouvé, ainsi, poursuivie pour “outrage à la cour” tout en restant en état de liberté, et ce malgré la présentation de ses excuses à la cour. Contactée par Kapitalis, l'institutrice a formellement démenti.

Le vendredi 15 septembre dernier, accusée de "mécréance" par un groupe de "parents d'élèves, l’institutrice Faïza Souissi a été humiliée devant l’école où elle travaille; sous le regard de ses élèves. L'affaire avait suscité la polémique et l’indignation générale. Plusieurs organisations, associations et partis politiques ont exprimé leur soutien inconditionnel à Faïza Souissi.

MAJ: Le porte-parole du tribunal de Sfax, Mourad Turki, a précise dans une déclaration à l’agence TAP que le Tribunal de première instance de Sfax 2 avait ordonné, lundi soir, dans l’affaire de l’institutrice Faiza Souissi qui a été empêchée d’accéder à son travail, une peine de deux mois de prison avec sursis et non pas un mois, à l’encontre de l’institutrice, pour outrage à avocat. Une erreur dans la lecture du procès verbal de l’audience est à l’origine de cette imprécision, explique-t-il.

LIRE AUSSI: Accusée d'athéisme, une enseignante à Sfax humiliée par les parents d'élèves; le ministère de l'Éducation réagit

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.