Les viandes de volailles marocaines inspectées par l'Union européenne en vue de les exporter

Publication: Mis à jour:
CHICKEN MOROCCO
Une poule au salon international de l'agriculture à Meknes, 2009. | Rafael Marchante / Reuters
Imprimer

ALIMENTATION - Des experts européens se sont rendus au Maroc du 11 au 22 septembre pour mener un audit sur la production de viandes de volailles. Une visite d'inspection en vue d'exporter celles-ci sur le marché européen.

Selon un communiqué de l'Office national de la sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), un audit a été effectué par une équipe d’experts de la Commission européenne (CE). Celui-ci visait à évaluer les plans de surveillance des résidus des médicaments vétérinaires, des pesticides et des contaminants de l’environnement, le suivi de leur mise en œuvre ainsi que l’évaluation des compétences techniques des services vétérinaires de l’ONSSA.

L'audit a également concerné la vérification de la mise en œuvre du plan de surveillance des résidus dans l’aquaculture, dont les produits sont autorisés à l’export depuis 2004, indique l'ONSSA.

Pendant leur mission, les experts européens ont vérifié les mesures prises par l’ONSSA en matière de sécurité sanitaire des viandes et produits à base de viandes de volailles et des produits de l’aquaculture. Ils ont notamment visité des fermes d’élevage de poulet et de dinde, des abattoirs avicoles, des établissements de préparation des viandes et produits à base de viandes et d’aliments pour animaux, des fermes aquacoles, une société pharmaceutique et un cabinet vétérinaire privé.

"L’ensemble de ces visites a eu pour objectif de vérifier que les circuits de commercialisation et d’utilisation des médicaments vétérinaires sont bien maîtrisés", explique l'ONSSA.

Cet audit qui s’est déroulé "dans de bonnes conditions" selon l'ONSSA, fait suite à celui effectué au mois de mars par une autre équipe d’experts européens portant sur l’amont de la filière avicole.

À l'issue de ce premier audit, les experts de la Commission européenne avaient publié un rapport contenant quelques recommandations. Celles-ci portaient notamment sur la nécessité de combler les faiblesses dans le système de diagnostic de la grippe aviaire et de garantir l’absence de foyers de maladie de Newcastle, une maladie qui affecte les volailles.

"Les conditions ne sont donc pas pleinement réunies pour une certification sanitaire des élevages produisant de la viande de volaille pour l’exportation de produits carnés vers l’Union européenne", concluait la Commission européenne. Les services de l'ONSSA avaient répondu en assurant qu'ils mettraient en oeuvre une série de mesures pour remédier à cela.

Un dernier audit est programmé pour le mois de décembre 2017 pour évaluer l’aval de la filière (établissements d’abattage, de préparation et de transformation des viandes de volailles) et permettre éventuellement l’exportation des produits avicoles marocains, conclut l'ONSSA.

LIRE AUSSI: