Ce que vous devez savoir sur "Smile to pay", le paiement par reconnaissance faciale déjà utilisé en Chine

Publication: Mis à jour:
Imprimer

"Nous espérons un jour que les utilisateurs n'auront plus besoin d'emporter leur téléphone ou leur portefeuille pour sortir et qu'un simple scan facial suffira pour aller déjeuner dehors." Dong Liyun, manager produit de "Smile to Pay" chez Ant Financial.

Vous connaissez le paiement par empreinte digitale et vous avez certainement entendu parlé du scan rétinien (dont l'usage sera bientôt démocratisé avec la sortie du nouvel iPhone) mais savez-vous qu'il est aujourd'hui possible de payer grâce à son sourire ?

"Smile to pay": c'est le nom de ce nouveau moyen de paiement proposé via Alipay et développé par Ant Financial, filiale du groupe chinois Alibaba.

Déjà testé dans les restaurant KFC chinois de Hangzhou, ce dispositif est le fruit de multiples expérimentations avec pour souci principal de veiller à la sécurité de ses utilisateurs. Les bornes en usage ont ainsi été mises en place à partir de caméras, calculant la profondeur de champ, et d'algorithmes ciblant les ressemblances. L'acheteur doit aussi contrôler ses paiements depuis son smartphone.

"C'est le premier service de ce genre à entrer sur le marché. Rendre hors ligne le paiement par reconnaissance faciale n'était pas une tâche facile. En ce qui concerne la manière dont nous détectons la fraude d'une photo, nous prévenons cela en fusionnant software et hardware, en associant des algorithmes complexes avec une caméra 3D nous pouvons prévenir les tromperies biométriques. Nous ne stockons pas des données, nous les protégeons également grâce à l'emploi de l'encodage. Nous souhaitons faire notre possible pour protéger la vie privée et la sécurité en ligne des utilisateurs.", explique Jidong Chen, chef du département de technologie d'identification biométrique de Ant Financial.

Comme le montre cette vidéo, "Smile to pay" serait même capable d'identifier des personnes déguisées ou maquillées.

Si ses premiers usages s'avèrent encourageants, le nouveau dispositif devra faire face à de prévisibles réticences et contraintes légales avant de passer nos frontières.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.