Christian Dior fait renaître le Girl Power (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

En s’inspirant de la vie et oeuvre de l’artiste Niki de Saint Phalle pour son prêt-à-porter printemps été 2018, Maria Grazia Chiuri, directrice artistique de la marque de luxe, se pose en activiste féministe et anticonformiste.

Le choix n’est pas anodin. Niki de Saint Phalle se révolte très jeune contre le rôle de la femme auquel son milieu aristocratique la destine.

efefhb

© Nicole Maria Winkler For Dior

"En allant au fond de moi même, j’exprime la condition de la femme dans le monde d’aujourd’hui, 'les Nanas' au pouvoir", disait-elle. Elle s’est également rebellée contre le modèle bourgeois, notamment à travers la série "Les tirs": "en tirant sur moi-même (comprenez mes toiles), je tirais sur la société et ses injustices".

Elle a nourri une fascination pour la vie de nomade, existence qu’elle vécut avec son compagnon Jean Tinguely, auteur de sculptures animées. L’art figuratif polychrome de Niki de Saint Phalle raconte ce parcours et c’est son univers que la première femme au pouvoir chez Christian Dior, Maria Grazia Chiuri, a choisi de remettre à la mode. Pour le décor du show, elle reconstitue une paroi couverte d’éclats de miroirs, à l’image de la grotte d’Hanovre réalisée par l’artiste. On retrouve son goût pour le graphisme (rayures, mélanges de motifs, formes arrondies…), les vibrantes harmonies de couleurs, l’exubérance, la folie (rappelons que Niki de Saint Phalle a été violée par son père et a manqué devenir folle) et la fantaisie de son monde iconoclaste dans cette collection.

À l’instar des "Nanas" (caricatures plantureuses et multicolores), le vestiaire Christian Dior printemps été 2018 évoque une femme joyeuse, libre et sûre d’elle-même. Dans un monde où la lecture du corps féminin est encore trop souvent spoliée, nous avons choisi de souligner l’esthétisme des nouveaux visages, qui défient la cruauté du monde, avec réalisme et optimisme, en publiant des photos prises en backstage. Avec ou sans le branding "J’adior", gardons toujours cette fronde en mémoire!

egh

© Morgan O’Donovan

efe

© Morgan O’Donovan

efevd

© Morgan O’Donovan

rfr

© Morgan O’Donovan

efcq

© Morgan O’Donovan

feax

© Morgan O’Donovan

vty

© Morgan O’Donovan

dcw

© Morgan O’Donovan

nfge

© Morgan O’Donovan

ez

© Morgan O’Donovan

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.