Après l'agression de médecins au service des urgences du CHU de Sahloul: Le ministère de la Santé prend une série de mesures

Publication: Mis à jour:
RTGTT
Facebook/ministère de la Santé
Imprimer

Le ministère de la Santé a décidé une série de mesures pour sécuriser les institutions de santé publique contre les agressions successives perpétrées à l'encontre de leurs cadres et agents.

Ces mesures ont été décidées lors de la réunion entre le ministre de la Santé, Slim Chaker et la Secrétaire d'État à la Santé, Sonia Ben Cheikh, les chefs des urgences des institutions de santé publique, ainsi que les représentants des acteurs sociaux et du ministère de l'Intérieur.



Voici la liste des mesures prises:

- L'élaboration d'une loi pour la protection des cadres et agents de la santé publique dans l'exercice de leurs fonctions, le renforcement de la présence sécuritaire dans les hôpitaux et le réaménagement des urgences.

- La formation des agents en charge de l'accueil des malades en matière de prise en charge de ces derniers et notamment des cas les plus critiques,

- l'aménagement d'espaces d'échanges d'informations avec les malades et leurs accompagnateurs pour préserver le secret médical et la consolidation des ressources humaines au niveau des urgences.

- l'accélération de la mise en œuvre du programme de mise à niveau et de modernisation des services des urgences.

Ces mesures interviennent, suite aux agressions violentes dont ont été victimes les cadres médicaux et paramédicaux de l'Hôpital universitaire de Sahloul à Sousse.

Des cadres médicaux et paramédicaux du service des urgences du CHU de Sahloul, à Sousse, ont été violemment agressés dans la nuit de samedi à dimanche, par trois délinquants qui ont détruit sur leur passage des équipements médicaux.

Sur les réseaux sociaux, les photos de l'état des urgences après le passage des délinquants ont été largement commentées:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.