Pour le gouvernement espagnol, "il n'y a pas eu de référendum en Catalogne"

Publication: Mis à jour:
CATALONIA
A man faces off with a Spanish Civil Guard officer outside a polling station for the banned independence referendum in Sant Julia de Ramis, Spain, October 1, 2017. REUTERS/Albert Gea | Albert Gea / Reuters
Imprimer

ESPAGNE - "Le référendum voulu par les autorités indépendantistes en Catalogne n’a pas eu lieu, car il est "incompatible avec l’Etat de droit" en Espagne", a affirmé, dimanche à Madrid, la vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Sáenz de Santamaría.

"Il n’y a pas eu de référendum ni quelque chose qui lui ressemble", a déclaré cette dernière lors d’une conférence de presse au palais de la Moncloa, réitérant l’appel du gouvernement central aux autorités catalanes d’arrêter "la farce" de cette consultation qui "n’a jamais été légale" et qui est "clairement irréalisable".

"Continuer dans cette farce n’a aucun sens et ne mènera à rien", a-t-elle souligné, appelant le gouvernement catalan à mettre fin immédiatement à cette consultation illégale.

Sáenz de Santamaría a aussi critiqué "l’irresponsabilité absolue" du gouvernement catalan, face à laquelle l’Etat a agi "avec fermeté et proportionnalité".

"L’Espagne est une démocratie consolidée et forte, dans laquelle les droits et les obligations des citoyens sont au-dessus des désirs de leurs gouvernants", a renchéri la vice-présidente du gouvernement, considérant que les seuls responsables de cette situation sont le président catalan Carles Puigdemont, son vice-président Oriol Junqueras et la présidente du parlement catalan, Carme Forcadell, qui ont maintenu l’organisation d’un référendum déclaré illégal par la justice.

Des altercations ont opposé ce dimanche la police et la garde civile espagnoles à des indépendantistes dans différentes villes de la région de la Catalogne (nord-est de l'Espagne), suite à l’intervention d’éléments de ces deux corps de sécurité pour fermer des bureaux de vote et saisir du matériel électoral du référendum interdit par la justice.

Selon Le Monde, "les autorités catalanes ont fait état d’au moins 91 blessés et '465 personnes accueillies dans les hôpitaux et centres de santé' dans toute la région".

LIRE AUSSI: Premières tensions entre policiers et électeurs catalans