"Nous avons tous peur que le référendum catalan dérape": l'analyse du HuffPost Espagne

Publication: Mis à jour:
CATALONIA
Spanish Civil Guard officers disperse people outside a polling station for the banned independence referendum in Sant Julia de Ramis, Spain, October 1, 2017. REUTERS/Albert Gea TPX IMAGES OF THE DAY | Albert Gea / Reuters
Imprimer

ESPAGNE - Historique, quelle qu'en soit l'issue. Ce dimanche 1er octobre, les Catalans sont invités à participer à un référendum sur l'indépendance de leur région. Un vote sans légitimité légale, ni du point de vue de Madrid ni de Barcelone, sans observateurs, et ouvertement combattu par les forces de l'ordre.

Une situation hautement explosive, entre appel à la désobéissance civile des indépendantistes et démonstration de force de Madrid, qui inquiète beaucoup l'Espagne.

Mercredi 20 septembre, 14 hauts responsables du gouvernement catalan ont été arrêtés, dont huit ont été remis en liberté le lendemain, et près de 10 millions de bulletins de vote ont été saisis. Ces actions ont suscité l'indignation en Catalogne parmi les partisans de l'indépendance ou simplement du vote, dont plusieurs milliers ont encore manifesté dans le centre de Barcelone.

Montserrat Dominguez, directrice éditoriale du HuffPost Espagne, a fait le point pour le HuffPost France sur les derniers développement de la situation.

Même les non indépendantistes se sentent "agressés" [par le déploiement de forces de l'ordre]

- Montserrat Dominguez, HuffPost Espagne

"Il y a une escalade dans la réponse des autorités, par le déploiement des forces de l'ordre, la recherche des bulletins, des urnes, etc. Les manifestants sont menacés de poursuites judiciaires et d'amendes. Même les non indépendantistes se sentent "agressés".

"La situation est très tendue. Les trois différentes polices ont pour ordre d'empêcher les gens d'accéder aux bureaux de vote, qui se trouveront dans des bâtiments publics comme les écoles, les mairies. Les maires qui organisent ce scrutin risquent de très grosses amendes."

"Nous avons tous très peur que la situation devienne hors de contrôle. Les indépendantistes demandent ouvertement aux gens de voter, ils les encouragent à la désobéissance civile. De toute évidence, la police ne va pas interdire aux gens de voter, mais ces images de policiers face à des électeurs pacifiques, bulletin à la main, vont être terribles. Ce sont des gens pacifiques, mais ils sont constamment appelés à la révolte..."

Lundi, il faudra s'attendre à de grandes manifestations indépendantistes.

- Montserrat Dominguez, HuffPost Espagne

"Lundi, il faudra s'attendre à de grandes manifestations indépendantistes. Ce référendum n'est pas légal, pas même en vertu des lois catalanes, qui ont de toute façon été suspendues par Madrid. Il n'y a aucune garantie, aucun observateur. Mais le gouvernement catalan a répété à plusieurs reprises qu'il proclamera l'indépendance 48 heures après une victoire du oui, qui me semble acquise."

"L'avenir du FC Barcelone fait partie des sujets en jeu. Les indépendantistes assurent que le Barça restera dans la ligue espagnole, ils tiennent au classico contre le Real Madrid. Même si on leur dit que la Catalogne ne sera plus espagnole, qu'elle sortira de l'Europe, ils ne veulent rien entendre. Pour le reste, la proposition de rejoindre la Ligue 1 n'est traitée que comme une plaisanterie."

LIRE AUSSI:Premières tensions entre policiers et électeurs catalans