Un hommage à Leïla Alaoui sur l'esplanade de la mosquée Hassan II à Casablanca

Publication: Mis à jour:
LEILA ALAOUI
Instagram/ fondationleilaalaoui
Imprimer

HOMMAGE - C'est un bel hommage à la photographe Leïla Alaoui qui se prépare à la galerie de l'esplanade de la mosquée Hassan II à Casablanca. Baptisée "Sur les pas de Leila Alaoui", l'exposition se composera de 24 œuvres et abritera les fragments des deux expositions majeures de la jeune photographe franco-marocaine disparue en janvier 2016 lors des attaques terroristes à Ouagadougou, au Burkina Faso: "Les Marocains" et "No Pasara".

L'événement organisé par la Fondation Leïla Alaoui en partenariat avec le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) et la Fondation de la mosquée Hassan II de Casablanca, se tiendra du 5 au 20 octobre. Un rendez-vous riche en émotion qui retrace le parcours exceptionnel de cette jeune artiste partie trop tôt.

Et opslag delt af Leila Alaoui (@leilaalaoui) den

"Leila était une promesse dont nous pouvions commencer à entrevoir la réalisation… Son talent et son regard sur le monde faisaient d’elle une artiste unique. Elle avait un chemin artistique qui au-delà de la photographie posait la question de notre humanité", confie Christine Alaoui, présidente de la Fondation Leila Alaoui dans un communiqué.

"Les Marocains"

"Les Marocains" est une série de portraits photographiques grandeur nature réalisés dans un studio mobile que Leïla a transporté autour du Maroc. "Je me suis lancée dans un road trip au Maroc rural afin de photographier des femmes et des hommes appartenant à différents groupes ethniques, berbères comme arabes… Ma démarche qui cherche à révéler plus qu’à affirmer, rend les portraits réalisés doublement 'documentaires' puisque mon objectif - mon regard - est à la fois intérieur et critique, proche et distancié, informé et créatif", expliquait-elle.

"No Pasara"

"No Pasara" dresse un portrait des jeunes Marocains qui rêvent d’un avenir meilleur de l’autre côté de la Méditerranée. Les images sont un témoignage de leurs réalités et de leurs illusions, car si la possibilité de brûler les frontières demeure incertaine, beaucoup finissent par brûler leur identité, leur passé et souvent leur vie.

En marge de cette exposition, des ateliers d’écriture seront animés au profit de l’Académie des arts traditionnels, établissement de formation des cadres supérieurs et de recherche dans le domaine des arts traditionnels relevant de la Fondation de la mosquée Hassan II de Casablanca.

Le vernissage de l’exposition aura lieu le vendredi 5 octobre à 19h.

LIRE AUSSI: