Congrès national: Le parti de l'Istiqlal s'apprête à opérer sa mue

Publication: Mis à jour:
PARTI ISTIQLAL
Photo de groupe prise chez l'Istiqlalien Taoufiq Hejira, septembre 2017 | Facebook/Adil Benhamza
Imprimer

POLITIQUE - Alors que les préparatifs s’accélèrent au stade Moulay Abdellah de Rabat pour accueillir, ce vendredi à 17h, congressistes et invités de marque, pour la séance d’ouverture du 17e congrès national du parti de l’Istiqlal (PI), qui élira notamment le nouveau secrétaire général du parti, le comité exécutif a tenu à lancer un appel aux participants.

Il a choisi de le faire sur la page Facebook officielle du parti, par le biais d’une vidéo postée tout de suite après sa dernière réunion tenue hier soir.

Sur le fond musical de l’hymne du parti, le président de la commission préparatoire du congrès et membre du comité exécutif, Abdellah Bakkali, s’adresse aux congressistes pour leur rappeler l’importance de l’événement. "Ce sera l’occasion, pour nous, de donner une image claire du parti, montrer son unité et la solidarité de toutes ses composantes", lance-t-il sur un ton solennel. Et d’annoncer que le comité exécutif a mis en place "les conditions nécessaires pour garantir le succès de ce congrès".

Ainsi, au programme, le coup d’envoi sera donné par le président du comité préparatoire, le secrétaire général du parti et l’ambassadeur de Palestine à Rabat. Les leaders des partis politiques et les membres du gouvernement sont invités à assister à cette séance qui sera suivie par l’ouverture des travaux du congrès. Il sera d'abord question d'étudier le rapport moral et financier du parti dans le cadre d’une séance plénière. Une mission qui sera confiée à cinq commissions, chacune sa spécialité: financière, politique, économique, culturelle, sociale.

"Demain, nous ne devons donner aucune occasion à nos ennemis", prévient M. Bakkali, recommandant aux congressistes de "gérer les différends dans le cadre de l’union". Si Abdellah Bakkali insiste sur l’importance de "donner l’exemple, demain", c’est en raison des élections décisives prévues samedi soir. Elles devront élire les membres du comité exécutif et le nouveau secrétaire général du parti. "Il n'y a que deux candidatures: Nizar Baraka et Hamid Chabat", déclare au HuffPost Maroc le président du congrès national, Noureddine Moudiane.

Mais avant ces élections, le projet de rapport moral et politique sera soumis au congrès. "Le rapport moral ne porte pas le nom d’une personne, mais de tout le parti. Il sera discuté sur la base de cette conviction", insiste M. Bakkali. "Une conviction" qui prend la forme d’un rappel à l’ordre. Le comité exécutif tient à rappeler aux congressistes qu'il ne va pas "évaluer le rendement d’une personne ou d’un groupe" lors du mandat de ces cinq dernières années, mais que "l’ensemble des leaders est responsable de la situation du PI, qu’elle soit bonne ou mauvaise".

C’est ainsi, estime-t-il, "qu'on aura gain de cause sur nos ennemis et sur nous-mêmes", estime-t-il, ajoutant que "le Maroc a besoin de partis politiques démocratiques et sages". Une leçon de morale que le comité exécutif a estimé nécessaire afin d'éviter ce que plusieurs craignent: "la guerre des clans". D'ailleurs, Abdellah Bakkali conclut en insistant plusieurs fois sur "le dialogue" comme étant "l'unique moyen de dépasser les différends".

LIRE AUSSI: