Après la Turquie, plusieurs pays du Moyen-Orient suspendent leurs liaisons aériennes vers le Kurdistan irakien

Publication: Mis à jour:
QATAR AIRWAYS
Qatar Airways
Imprimer

INTERNATIONAL - Après la Turquie, c'est au tour du Qatar, de l'Egypte, de la Jordanie et des Emirats arabes unis de suspendre leurs vols en provenance et à destination du Kurdistan irakien.

Cette décision intervient suite aux résultats du référendum de sécession illégitime organisé lundi 25 septembre par le gouvernement de la région autonome du Kurdistan irakien. Le "oui" à l'indépendance l'a emporté à 92%.

En réponse aux instructions de l'Autorité de l'aviation civile irakienne, qui avait annoncé mercredi soir la suspension de tous les vols internationaux vers les aéroports d'Erbil et Souleimaniye "jusqu'à nouvel ordre", plusieurs compagnies aériennes se sont retirées du nord de l'Irak. C'est le cas de la compagnie qatarie Qatar Airways, égyptienne EgyptAir, jordanienne Royal Jordanian et émiratie FlyDubai.

La Turquie avait annoncé mercredi la suspension de ses vols opérés par les compagnies Turkish Airlines, Atlas Global et Pegasus Airlines de et vers le Kurdistan irakien.

Le Conseil des ministres irakien avait par ailleurs accordé, mardi, un ultimatum de 72 heures à l'administration du Kurdistan irakien pour remettre les aéroports au gouvernement central avant d'imposer un blocus aérien et de fermer les frontières aériennes de la région.

Le Maroc qui a déclaré hier, à travers le porte-parole du gouvernement Mustapha El Khalfi, s'opposer à toute démarche "séparatiste" qui menacerait la sécurité et l'intégrité du territoire Irakien, n'a de son côté pris aucune disposition spéciale puisque la compagnie Royal Air Maroc n'assure pas de liaison directe avec l'Irak.

LIRE AUSSI: