Livre scolaire: insuffisances et des dérapages dans l'opération de distribution

Publication: Mis à jour:
RENTRESCOLAIRE1
DR
Imprimer

La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, a indiqué jeudi que des "insuffisances et des dérapages" ont été relevés cette année dans l'opération de distribution des livres scolaires en dépit des efforts consentis en amont par l'Office national des publications scolaires (ONPS), annonçant l'élaboration d'un protocole sur le livre scolaire qui entrera en vigueur l'année prochaine, rapporte l'APS.

"Le ministère a relevé des dérapages dans l'opération de vente des livres scolaires qui ont été vendus notamment dans des hangars, au niveau des marchés et sur Internet à des prix supérieurs à la valeur fixée", a précisé Mme Benghabrit lors de la conférence régionale sur le livre scolaire qui a regroupé les représentants de 14 wilayas outre les responsables des centres de distribution du livre scolaire relevant de l'ONPS. "Cela est inacceptable" au moment où l'Etat s'emploie à mettre à disposition cet outil pédagogique "à des prix raisonnables", a-t-elle ajouté.

Cette année, l'ONPS a organisé des expositions de vente des livres scolaires et étendu le réseau des librairies agréées pour la vente du livre scolaire en plus de ses points de vente habituels, a rappelé la ministre.

Selon elle, les insuffisances enregistrées concernent des disparités entre les wilayas et entre différents établissements dans une même wilaya.

Mme Benghabrit a insisté sur la nécessaire coordination entre les différents services concernés par la distribution du livre scolaire, rappelant que l'ONPS avait imprimé près de 70 millions de livres cette année.

A une question sur la distribution du livre de mathématiques de deuxième année du cycle moyen, la ministre a dit que sa distribution avait été retardée car l'Inspection générale de la pédagogie a demandé sa révision, assurant que sera dans les écoles à partir du 1er octobre.

Interrogée par un journaliste en marge de la conférence concernant la décision du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de lever le gel sur les projets du secteur de l'éducation, la ministre s'en est félicitée, estimant qu'il s'agissait d'une décision judicieuse à même de régler le problème de la surcharge des classes dans plusieurs wilayas, notamment à Alger ouest où l'on recense cette année 10.000 nouveaux élèves issus des familles relogées récemment.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.