Selon le ministre de l'Investissement Zied Laâdheri, il y a un grand intérêt des investisseurs anglais pour la Tunisie

Publication: Mis à jour:
ZIED LAADHERI
Facebook / Ministère de l'Investissement
Imprimer

Dans une intervention téléphonique sur les ondes de radio Express FM, Zied Laâdheri, ministre de l’Investissement, du développement et de la Coopération internationale, est revenu sur les travaux de la délégation d'hommes d’affaires tunisiens en visite à Londres pour un forum économique tuniso-britannique qui s'est tenu au sein du ministère des Affaires étrangères (Foreign Office), en présence du ministre du Trésor britannique.

Laâdheri a déclaré que la rencontre a été riche en perspectives et prometteuse sur le plan économique pour la Tunisie. Il a également souligné le grand intérêt que portent les investisseurs anglais à la Tunisie.

"Le Royaume-Uni, étant lui aussi en période de transition avec le Brexit, ils se focalisent sur l'avenir de leur pays après sa sortie de l'Union Européenne" a-t-il déclaré.

Le ministre de l’Investissement, du Développement et de la Coopération internationale a également indiqué que le but principal de cette visite est de "remettre la Tunisie dans le radar de l'investisseur britannique" en présentant les différents et nombreux atouts de la Tunisie et les opportunités qu'elle pourrait offrir.

Laâdheri a également souligné que l'attractivité et la compétitivité croissante de la Tunisie à travers les projets récemment annoncés comme le premier réseau panafricain d’enseignement supérieur privé financé par le fonds d'investissement ACTIS, ou encore la centrale photovoltaïque britannique qui verra le jour au sud du pays, montrent "la capacité de la Tunisie à constituer un Hub régional qui ouvre l'accès à d'autres pays en Afrique".

Une table ronde a été également organisée chez le Lord-maire de Londres pendant laquelle la question de savoir comment la Tunisie pourrait bénéficier de l'expertise "exceptionnelle" de la City en termes de services financiers, a été débattue. "L'intérêt de la City pour la Tunisie est très important puisqu'elle aussi est en plein changement à l'occasion du Brexit" a-t-il annoncé.

"16.000 emplois sont actuellement assurés en Tunisie par les entreprises britanniques, ce qui n'est pas négligeable. Ce qui est bien c'est qu'aucune entreprise britannique n'a quitté la Tunisie après la révolution" a-t-il ajouté.

Laâdheri a par ailleurs déclaré que la Tunisie a proposé de construire une commission conjointe qui rassemblera des représentants du secteur privé, et qui identifiera les segments sur lesquels il est intéressant de travailler pour développer de nouveaux créneaux d'investissements dans les 2 pays.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.