Projet polémique: On en sait plus sur le futur parc à dauphins d'Agadir

Publication: Mis à jour:
DELPHINARIUM AGADIR 1
Polémique: On en sait plus sur le futur parc à dauphins d'Agadir | DR
Imprimer

DELPHINARIUM - C'est un projet qui ne plaît pas aux défenseurs de la cause animale. Quatre entrepreneurs russes s'apprêtent à construire le premier delphinarium du Maroc, dans la commune d'Anza, au nord d'Agadir. Selon nos informations, le parc à dauphins devrait ouvrir en mars 2018.

Quatre dauphins, un phoque de mer et un beluga (cétacé blanc originaire de mer du Nord) seront envoyés depuis la Russie par avion jusqu'à Agadir pour peupler le delphinarium créé par la société Agadir Dolfin World et dessiné par le cabinet marocain K.M Architecture. Les différents mammifères marins proviennent tous d'un delphinarium en Russie et sont nés en captivité, nous assure une source proche de la société russe.

Un projet qui va "à l’encontre même de la notion de développement durable", selon la branche marocaine de la Surfrider Foundation, qui a adressé une pétition aux ministres de l'Agriculture et de la Pêche, et de l'Energie et du Développement durable pour empêcher la création de ce delphinarium qui "cache la bien triste réalité (des) misérables conditions de vie en captivité" des dauphins.

delphinarium 2

La pétition publiée sur Avaaz, qui a récolté, à l'heure où nous écrivons ces lignes, plus de 4.600 signatures sur les 10.000 attendues, condamne les conditions de captivité des dauphins, "enfermés dans des bassins peu profonds qu’ils parcourent en quelques coups de nageoires, alors que les dauphins sauvages parcourent près de 100 km par jour et passent 80% de leur temps immergés dans les profondeurs de l’océan, pour se sociabiliser, s’amuser et chasser".

Selon la Surfrider Foundation, ONG qui a pour but la défense des océans, du littoral et des animaux marins, les dauphins captifs vivent deux fois moins longtemps que les dauphins sauvages à cause du stress généré par la vie en captivité, et développent un grand nombre de maladies liées à leurs conditions de détention.

"Voir des dauphins enfermés, asservis, malades et stressés effectuer des acrobaties ne peut en aucun cas contribuer à éduquer le public sur les dauphins, à l’environnement et au développement durable", écrit l'association. "Contraindre des dauphins à la captivité s’apparente à une forme d’esclavagisme, de maltraitance et à un traitement cruel non‐éthique."

delphinarium 3

Du côté de la société porteuse du projet, on nous affirme que toutes les autorisations ont été obtenues des autorités marocaines avant la construction de ce delphinarium, qui comportera aussi un aquarium, des espaces verts et des aires de jeux. Des vétérinaires et spécialistes viendront de Russie pour s'occuper des animaux, mais le personnel pour l'entretien du site et l'accueil des visiteurs sera embauché localement.

"Les habitants d'Agadir et les touristes se plaignent du fait que la ville manque d'attractions touristiques. Ce sera un lieu de distraction, notamment pour les enfants", nous explique-t-on. "Nous ne comprenons pas la polémique autour de ce projet. Personne ne s'était soulevé lors de la construction du Crocoparc à Agadir, pourtant les crocodiles sont aussi élevés en captivité", poursuit la même source.

Selon les statuts de la société Agadir Dolfin World, créée en mars dernier et gérée par l'un des associés, Aleksei Derii, les quatre actionnaires russes ont apporté 100.000 dirhams de capital pour la création de leur entreprise.

delphinarium 4

Plusieurs pays ont interdit ou poussé à la fermeture des delphinariums. C'est le cas, notamment, du Royaume-Uni où il n'en existe plus aucun depuis 1993. Toujours en Europe, la Croatie, Chypre ou la Finlande ont également interdit ou fermé les derniers delphinariums existants. D'autres pays comme le Costa Rica, le Chili ou l'Inde ont interdit les parcs à dauphins. La France, quant à elle, vient d'interdire la reproduction des dauphins et des orques détenus en captivité.

LIRE AUSSI: