Retrouvez l'actualité High-tech en bref

Publication: Mis à jour:
TECHNOLOGY
d3sign via Getty Images
Imprimer

L’Arabie saoudite lève l'interdiction sur Skype et WhatsApp mais les surveillera

Le gouvernement saoudien a levé l’interdiction sur les appels via des applications comme Skype et WhatsApp mais va les surveiller. "Tous les services d'appels vocaux et vidéo en ligne tels que Skype, Facebook WhatsApp et Messenger de Microsoft, et Viber qui satisfont aux exigences réglementaires du royaume, sont devenus accessibles", a annoncé un porte-parole du gouvernement. La levée de l'interdiction fait partie de réformes plus larges de l'économie que le gouvernement saoudien a entamé pour stimuler les entreprises et diversifier l'économie en réponse aux prix bas du pétrole.

Adel Abu Hameed, un porte-parole du régulateur des télécommunications CITC, a déclaré sur Al Arabiya TV que les nouvelles réglementations visaient à protéger les informations personnelles des utilisateurs et à bloquer le contenu qui violait les lois du royaume. Mais, "en aucun cas, l'utilisateur ne peut utiliser une application pour les appels vidéo ou vocaux sans surveillance et censure par la Commission des communications et de la technologie de l'information, que l'application soit globale ou locale", a-t-il ajouté Il n’est pas encore clair comment les autorités peuvent surveiller des applications telles que WhatsApp qui affirme que les messages sont pris en charge par un chiffrement de bout en bout.

Cependant, la décision de lever l’interdiction sur les applications de VoIP pourrait avoir un impact négatif sur les trois principaux opérateurs de télécommunications (Saudi Telecom Co (STC), Etihad Etisalat (Mobily) et Zain Saudi) dont la majeure partie des revenus proviennent d'appels téléphoniques internationaux effectués par des millions d'expatriés vivant dans le royaume. Le PDG de Zain Saudi, Peter Kaliaropoulos, a déclaré à Reuters que certains revenus pourraient être récupérés grâce à l'expansion de ses propres services de données mobiles.

Les pirates se tournent vers Google Drive et OneDrive pour remplacer les sites de torrents

Malgré les efforts d'Hollywood, des éditeurs de jeux, et même de Microsoft, le piratage se poursuit. Une analyse des demandes menée par Gadgets360 révèle que les pirates se déplacent vers des services tels que Google Drive, OneDrive et Mega en raison de la fermeture des sites torrent populaires. Le premier site majeur de torrents à avoir été fermé est The Pirate Bay, que la police suédoise a saisi en 2014. Kickass Torrents, un site rival, a également été saisi par le gouvernement américain en juillet 2016, suivi de Torrentz.eu quelques semaines plus tard. Le site français de torrents 411.in a également disparu de la toile et quelques-uns de ses animateurs ont été arrêtés.

Les utilisateurs ont pu accéder aux services de torrents avec une commodité mineure grâce à des centaines de sites miroirs. Cependant, les pirates ont connu une dégradation continue de la qualité grâce à des annonces malveillantes et invasives. Bing et Google ont également supprimé des sites avec des avis de violation du droit d'auteur, ce qui rend plus difficile de découvrir de nouveaux sites. En conséquence, les pirates semblent se tourner vers Google Drive comme méthode de distribution pour les films et la télévision. Au total, 4700 requêtes dans le cadre de la loi

DMCA (Digital Millennium Copyright Act) ont ciblé le service de stockage Google Drive le mois dernier, et près d’une centaine à l’encontre de Mega et moins d'une douzaine pour Dropbox et OneDrive. Le stockage gratuit de 15 Go chez Google Drive et 5 Go chez OneDrive facilite la publication de contenus sur ces supports.

GSMA recommande à l’UE une technologie cellulaire neutre pour les véhicules connectés

La GSMA (association mondiale des opérateurs mobiles) a exhorté la Commission européenne à maintenir le marché européen sans restriction pour les technologies cellulaires utilisées dans les véhicules connectés. L'UE envisage de mettre en place un Système Coopératif de Transport Intelligent (C-ITS) en 2019.

Elle a l'intention de faire du 802.11p, un système de communication des véhicules à courte portée, la norme pour les messages liés à la sécurité entre les véhicules, et d’exclure une technologie plus avancée (C-V2X), une solution qui devrait entrer sur le marché en 2019. Alors que l'Union européenne développe le système C-ITS, la Commission européenne et un groupe d'États membres de l'UE ont tendance à privilégier 802.11p, un système de communication de véhicules à courte portée qui a été développé depuis 15 ans et n'est pas compatible avec d'autres technologies.

Dans un document intitulé «Conduite sécuritaire et intelligente: le déploiement des services cellulaires V2X en Europe», la GSMA a exhorté la Commission à adopter une approche neutre sur le plan technologique dans le développement des C-STS de l'UE et demande aux législateurs européens de laisser le marché décider. L'écosystème C-ITS en Europe devrait être construit sur une base technologique optimale pour rester durable et maximiser les avantages des investissements futurs dans la 5G.

Deux jours après son lancement iOS 11 était à plus de 6% d'utilisation d'Internet

Sitôt lancé, sitôt adopté. Le dernier des systèmes d’exploitations mobile d’Apple, iOS 11, a enregistré plus de 6% d'utilisation sur Internet, juste deux jours après son lancement, selon la société d'analyse Web StatCounter. Cependant, la société estime que les annonceurs numériques pourraient bientôt voir l'impact négatif de ce résultat de l’iOS 11. Le groupe de recherche StatCounter Global Stats constate que iOS 11 a atteint 6,2% de toutes les versions iOS dans le monde entier dès mercredi 20 septembre.

"Apple est bon pour faire migrer les utilisateurs à ses dernières mises à niveau iOS, mais cette performance est particulièrement impressionnante", a commenté Aodhan Cullen, PDG de StatCounter. "Pour mettre cela en perspective, la dernière édition d'Android Nougat est à 14,6% de toutes les versions d'Android plus d'un an après le lancement", précise le patron de StatCounter. Cullen a ajouté : "Telle est la montée rapide d'iOS 11 que les annonceurs numériques pourraient bientôt voir un impact en raison d'une fonctionnalité appelée "Prévention du Suivi Intelligent" (Intelligent Tracking Prevention) qui rend plus difficile pour les annonceurs et les éditeurs de suivre les utilisateurs en ligne.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.