Makhla: Le sac à dos écolo lancé par neuf jeunes étudiants tunisiens

Publication: Mis à jour:
KD
MAKHLA
Imprimer

Ils sont neuf jeunes âgés entre 20 et 24 ans. Ces jeunes étudiants tunisiens ont créé leur propre start-up qu'ils ont appelé "Makhla", une marque écologique de sacs à dos fait-mains. Leur aventure a commencé il y a seulement quelques mois et le succès se fait déjà sentir.

Conscients des enjeux économiques, liés à l'emploi et au tourisme, l'équipe de "Makhla" a décidé de se lancer dans la production de sacs confectionnés à partir des frondes de palmiers séchées, une dimension écologique que les jeunes étudiants n'ont pas omis d'explorer.

équipe

"Nous avons fait des recherches, et selon les statistiques données par le ministère de l'Agriculture, 9 tonnes de déchets par hectare sont perdus chaque année, sachant qu'on a 4.5 millions de palmiers en Tunisie" avance au HuffPost Tunisie Chaima Amraoui, CEO de "Makhla".

Il est vrai que ces dernières années, beaucoup de jeunes se sont tournés vers l'entrepreneuriat, plus particulièrement, l'entrepreneuriat social. Une façon de s'attaquer à un marché du travail quasi-saturé mais aussi d'agir pour le bien de la société et de l'environnement.

LIRE AUSSI: Un bootcamp pour les entrepreneurs sociaux: Le guide pour changer le monde

Un sac, de l'impact

"Makhla" permet donc de revaloriser les déchets produits après les récoltes dans les oasis tunisiennes. Ces déchets ont des effets néfastes sur l'écosystème, puisque les palmes sèches, n'étant pas correctement recyclées, s'accumulent et constituent un foyer de pathogènes et dégradent les sols.

Outre la dimension environnementale, "Makhla" qui a commencé sa production il y a deux mois seulement (août 2017), "fait déjà travailler trois familles d'artisans", affirme Chaima Amraoui.

makhla

Artisanat et tourisme sont souvent liés. En Tunisie, à cause des difficultés que le secteur du tourisme a rencontré ces dernières années, la situation des artisans s'est tout autant dégradée.

Heureusement, l'intérêt du Tunisien pour les pièces traditionnelles s'est accru. "Makhla" répond tant aux enjeux économiques qu'aux nouveaux modes de consommation.

"Changeons les choses"

Entreprendre tout en ayant un impact positif sur l'environnement et la société, c'est ce que beaucoup de jeunes ont choisi.
Produit digital ou physique, les nouvelles idées émergent et pour les concrétiser, il suffit d'y croire.

"Il ne faut pas rester là à attendre", s'exprime Chaima, "Nous avons commencé de zéro, et en l'espace de quelques mois, nous avons pu lancer notre marque et nous avons commencé à vendre notre produit."

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.