L'ironie du nouveau scandale qui touche Jared Kushner n'a pas échappé à ces anti-Trump

Publication: Mis à jour:
JARED KUSHNER
Senior advisor Jared Kushner waits for a joint news conference by U.S. President Donald Trump and Lebanese Prime Minister Saad Hariri at the White House in Washington, U.S., July 25, 2017. REUTERS/Yuri Gripas | Yuri Gripas / Reuters
Imprimer

ÉTATS-UNIS - L'arroseur arrosé, ou presque. Jared Kushner, gendre et haut conseiller du président américain Donald Trump, a bien utilisé sa messagerie personnelle pour communiquer avec d'autres responsables de l'exécutif, alors qu'il aurait dû se servir de la messagerie sécurisée de la Maison Blanche. Son avocat l'a admis dimanche 24 septembre confirmant une information de Politico.

Si rien ne suggère que les courriels contenaient des informations confidentielles, le mari d'Ivanka Trump pourrait avoir enfreint le Presidential Records Act (PRA), qui exige que toute la correspondance, papier ou électronique, liée aux activités personnelles et politiques du président, soit archivée.

Or, cette histoire n'est pas sans rappeler le scandale qui a touché Hillary Clinton. Il était en effet reproché à la candidate démocrate d'avoir utilisé sa messagerie personnelle pour échanger des informations jugées sensibles alors qu'elle était secrétaire d'État (2009 à 2013). Donald Trump n'avait alors pas manqué cette occasion pour charger son adversaire. Il n'avait eu de cesse de réclamer son emprisonnement à cause de cette affaire de courriels. "Lock her up", (enfermez-là) faisait-il scander à ses partisans pendant ses meetings.

Résultat, les anti-Trump ne se sont pas privés pour remettre le slogan de Donald Trump au goût du jour: "Lock him up!", ont réagi un certain nombre d'entre eux avec ironie sur les réseaux sociaux.

"Jared Kushner a utilisé son email personnel pour gérer les affaires de la Maison Blanche. Chantez avec moi: "Enfermez-le, enfermez-le".

"Jared Kushner a utilisé son email personnel dans le cadre de l'administration Trump, son avocat confirme. Ok Trump. Enfermez-le! enfermez-le! enfermez-le!"

Donald Trump, et là, est-ce que tu cries 'enfermez-le'??"

"Jared Kushner a utilisé son email perso alors pourquoi Donald Trump ne l'enferme-t-il pas? Ah oui, j'oubliais, c'est permis pour un Républicain".

"Jared Kushner a envoyé ou répondu à moins de 100 e-mails depuis sa messagerie personnelle pour communiquer avec ses collègues de la Maison Blanche entre les mois de janvier et août", a relativisé son avocat dans un communiqué. "Ces messages contenaient la plupart du temps des articles de presse ou des commentaires politiques, et ont souvent été envoyés quand ses interlocuteurs lui ont écrit sur son e-mail personnel plutôt que sur son adresse de la Maison Blanche", a-t-il expliqué.

Les emails, après le scandale russe

Ce n'est pas la première affaire embarrassante qui touche le mari d'Ivanka Trump. Depuis plusieurs mois, le haut-conseiller du président fait partie des personnes visées par l'enquête du FBI sur les ingérences russes dans l'élection présidentielle. Jared Kushner a en effet rencontré plusieurs personnalités politiques russes pendant la campagne, échangé de nombreux mails et coups de téléphone. Il aurait même été mis au courant de l'effort russe pour faire gagner son père, avant de rencontrer une avocate russe pour avoir des informations sur Clinton.

En ce qui concerne Hillary Clinton et ses emails échangés, après une enquête, le FBI n'avait pas retenu de chefs d'accusation, mais avait noté que l'ancienne secrétaire d'Etat, avait été "extrêmement imprudente" dans son traitement d'informations confidentielles.

En mars, le vice-président Mike Pence avait lui aussi été épinglé pour avoir utilisé sa messagerie personnelle pour ses communications professionnelles lorsqu'il était gouverneur de l'Indiana, à partir du milieu des années 1990 jusqu'à début 2016. Il avait, en plus de cela, été victime de piratage.


LIRE AUSSI:
Donald Trump nomme son gendre à la Maison Blanche, mais quid des lois anti-népotisme?