Donald Trump impose à huit pays de nouvelles restrictions d'accès aux États-Unis

Publication: Mis à jour:
UNITED STATES AIRPORT
JAMES LAWLER DUGGAN / Reuters
Imprimer

ÉTATS-UNIS - Le président américain Donald Trump vient de signer une ordonnance instituant de nouvelles restrictions d’accès aux États-Unis à huit pays, parmi lesquels la Corée du nord, l’Iran et le Venezuela.

Les nouvelles restrictions, annoncées dimanche, jour d’expiration d’un ancien régime d’interdictions de voyage contre six pays à majorité musulmane, entrera en vigueur le 18 octobre.

Les pays concernés sont le Tchad, l’Iran, la Libye, la Corée du nord, la Somalie, la Syrie, le Venezuela et le Yémen. Selon l’administration américaine, ces pays ont refusé de partager avec Washington des renseignements concernant notamment la menace terroriste, ou ont omis de prendre les précautions de sécurité nécessaires pour contrer le terrorisme. À noter que les nouvelles restrictions ne concernent plus le Soudan, qui figurait dans l’ancienne liste.

Une restriction d'entrée à relativiser dans le cas du Venezuela puisque, selon le journaliste britannique Ben Jacobs, elle ne concernera que les membres du gouvernement vénézuélien et leurs familles:

Cependant, "tous les citoyens de Corée du nord et du Tchad sont interdits d'accès au territoire américain", précise l'AFP.

Au début de l'année, Trump avait déjà signé une décision exécutive limitant l'accès au territoire américain aux ressortissants de six pays musulmans. Une interdiction surnommée par ses détracteurs le "muslim ban".

Certaines cours fédérales avaient bloqué l’application de ces restrictions, mais la Cour Suprême les a restituées en juin avec quelques réserves.

La Cour suprême, plus haute juridiction aux États-Unis, examinera le 10 octobre les arguments avançant que l'interdiction actuelle est discriminatoire à l'encontre des musulmans en violation de la Constitution des États-Unis, comme l’avaient soutenu précédemment des tribunaux du pays.

LIRE AUSSI: