Tunisie-Lutte contre la corruption: Arrestation de 3 hommes d'affaires

Publication: Mis à jour:
POLICE TUNISIA
Members of the Tunisian police stand guard outside the Tunis courthouse on May 26, 2017, where the first public hearing was held for the trial of 33 people in connection with the jihadist beach massacre at the eastern city of Sousse killed dozens of foreign tourists in 2015. / AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | FETHI BELAID via Getty Images
Imprimer

Selon Mosaïque FM, une unité spéciale des forces de l'ordre a procédé, le 23 septembre, à l'arrestation de trois hommes d'affaires tunisiens, en l'occurrence, Jawher Damak, Wadii Rekik et Hamadi Fekih.

Jawher Damak est suspecté d’être derrière de grandes opérations de contrebande dans le secteur du prêt-à-porter et des falsifications douanières.

Le suspect a été arrêté en vertu l’article 5 de la loi de l’état d’urgence. Placé en résidence surveillée, Jawher Damak sera transféré au pôle judiciaire financier.

Selon la même source, l'homme d'affaires Wadii Rekik a été également arrêté à Sfax. Placé en résidence surveillé, il est accusé d'activités illégales dans le domaine du prêt-à-porter, du plaqué or ainsi que pour des déclarations douanières au profit d’autrui. Il est également accusé de fausses déclarations sur la quantité de marchandise importée et sa nature.

L’arrestation a également été effectuée sur la base de la loi de l’état d’urgence.

Enfin, un troisième homme d'affaires a été arrêté au courant de la journée. Il s'agit de Mohamed "Hamadi" Fekih rapporte Mosaïque FM. L'homme d'affaires exerce également dans le prêt-à-porter et dans des activités portuaires. Des soupçons d'évasion douanière et d'activités de contrebande seraient derrière le motif de son arrestation.

En parallèle, plusieurs des points de vente de l'homme d'affaires ont été fermés et mis sous scellé dans les gouvernorats de Nabeul, Ariana et Sfax.

Arrêté sur la base de loi d'état d'urgence, il a également été placé en résidence surveillée.

Lors de la plénière en session extraordinaire consacrée au vote de confiance aux nouveaux membres du gouvernement d'union nationale, le 11 septembre, le chef du gouvernement, Youssed Chahed a réitéré sa détermination à combattre la corruption:

"Ce gouvernement doit être un gouvernement de guerre" a martelé Chahed. Un gouvernement de combat qui continuera à mener les mêmes batailles: guerre contre le terrorisme, guerre contre la corruption, pour la croissance, contre le chômage et les inégalités régionales", a-t-il promis.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.