Économie mondiale: L'OCDE prévoit une accélération synchronisée de la croissance

Publication: Mis à jour:
OECD HEADQUARTERS
Outside view of the Organization for Economic Co-operation and Development, (OECD) headquarters in Paris September 3, 2009. REUTERS/Charles Platiau (FRANCE BUSINESS) | Charles Platiau / Reuters
Imprimer

PRÉVISIONS - La croissance économique mondiale devrait connaître une accélération synchronisée durant les prochaines années. C’est en tout cas ce que prévoit l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) qui reste optimiste sur les capacités de production des pays.

Selon la dernière édition de ses Perspectives économiques intermédiaires, l’institution internationale prévoit que l’économie mondiale progressera de 3,5% cette année et de 3,7% en 2018, avec une embellie de la production industrielle et des échanges et une nouvelle accélération des dépenses de technologie.

Les menaces du Brexit pèsent sur le Royaume-Uni

Par pays, les États-Unis devront connaître une croissance de 2,1% cette année et de 2,4% en 2018, à la faveur d’un regain des dépenses de consommation et de l’investissement des entreprises. En zone euro également, la situation devra profiter d’une progression plus vigoureuse de la consommation et de l’investissement et par une croissance plus solide des exportations. La croissance en l’Allemagne devrait ainsi être de 2,2% en 2017 et de 2,1% en 2018. Elle sera en France de 1,7% pour cette année et de 1,6% en 2018, tandis qu’en Italie, ces deux taux devraient s’établir respectivement à 1,4% et 1,2% en 2017 et 2018.

Au Royaume-Uni, le ralentissement de la croissance, prévu précédemment, devrait se poursuivre jusqu’en 2018 alors que des incertitudes demeurent toujours quant à l’issue des négociations sur le Brexit. La dépréciation de la livre sterling a légèrement amélioré les perspectives des exportations, mais elle a aussi poussé l’inflation vers le haut. Dans ces conditions, la croissance au Royaume-Uni devrait être de 1,6% en 2017 et de 1% en 2018.

Les infrastructures chinoises boostent l’investissement

Au Japon, la croissance a augmenté au premier semestre de cette année, à la faveur d’une reprise de l’investissement public et d’une plus forte croissance sur les marchés asiatiques, et devrait s’établir à 1,6% en 2017, relève l’OCDE, précisant que l’augmentation des bénéfices des entreprises devrait être propice à un renforcement de leurs investissements jusqu’en 2018, mais la faiblesse de la croissance des salaires et les mesures d’assainissement des finances publiques pèseront sans doute sur l’activité en 2018, qui devrait voir la croissance s’établir à 1,2%.

De leur côté, les grands pays émergents ont vu leur croissance globalement améliorée, portée par un rebond de l’activité dans certains pays producteurs de produits de base et par l’investissement dans les infrastructures publiques en Chine, mais elle demeure en demi-teinte dans un certain nombre de pays exportateurs de pétrole. En Chine, les prévisions de croissance sont revues à la hausse et devraient s’établir à 6,8% en 2017, et à un taux légèrement plus modeste de 6,6% en 2018. En Inde, les effets temporaires de la démonétisation et du déploiement de la taxe sur les produits et services ont incité à revoir à la baisse les prévisions de croissance, à 6,7% pour 2017 et à 7,2% pour 2018.

À noter que malgré cet optimisme, l’Organisation appelle les pouvoirs publics à rééquilibrer leur action en mettant moins l’accent sur le volet monétaire au profit de mesures budgétaires et structurelles de soutien à la croissance et aux salaires. Ce n’est qu’à travers ces mesures qu’une croissance à moyen terme durable et inclusive pourra être assurée, ajoute-t-elle.

LIRE AUSSI: