Élections législatives: le Conseil supérieur des musulmans d'Allemagne veut obtenir une reconnaissance officielle de l'islam

Publication: Mis à jour:
GERMANY ISLAM
Muslims attend a rally to show solidarity against extremism, in Cologne, Germany June 17, 2017. REUTERS/Thilo Schmuelgen | Thilo Schmuelgen / Reuters
Imprimer

INTERNATIONAL - À la veille des élections fédérales allemandes, le Conseil supérieur des musulmans d’Allemagne aspire à obtenir une reconnaissance officielle de l’islam, reconnaissance qui ne s'est toujours pas concrétisée alors que le pays germanique compte plus de cinq millions de musulmans.

Pour le secrétaire général du Conseil, Abdessamad El Yazidi, le “manque de volonté politique chez les gouvernements successifs au pouvoir” et “le poids politique faible des musulmans” constituent les deux raisons principales de la situation des musulmans en Allemagne, des facteurs qui s'ajoutent à l'absence d’une participation effective des musulmans aux élections et de leur adhésion aux partis démocratiques.

"En vertu de la constitution allemande, la reconnaissance de toute religion passe par la reconnaissance de l’instance représentative de cette religion, et c’est ce que nous ne cessons de revendiquer, depuis des décennies, dans le cadre du Conseil supérieur des musulmans d’Allemagne", a expliqué Abdessamad El Yazidi dans un entretien accordé à la MAP à l’occasion des élections législatives.

Il souligne par ailleurs que la communauté musulmane ne ménage aucun effort au service de la société à laquelle elle est bien intégrée, comme le prouve d’ailleurs une étude de l’institut Bertelsmann en 2015, malgré le "rejet notable" que ses membres subissent.

"De par notre citoyenneté allemande, il est de notre devoir de faire preuve de positivisme et d’efficacité, y compris à travers la participation aux élections et l’adhésion aux partis de manière à apporter une contribution au service de la société et à la lutte contre toutes les formes de racisme et de haine, actuellement en hausse", a-t-il affirmé.

Cette haine a, selon lui, pris plus d’ampleur notamment après les attentats terroristes commis en Europe au nom de la religion, causant une montée de partis extrémistes de droite tel que l’"Alternative pour l'Allemagne" (AfD), qui tient un “discours xénophobe et hostile à l’islam”.

Action, réaction

Pour contrer ce courant, le Conseil supérieur des musulmans d’Allemagne, en coordination avec le Conseil des Oulémas, ont lancé une campagne de sensibilisation visant à informer les musulmans sur les positions des différents partis au sujet de l’islam en Allemagne, la politique d’intégration et d’autres sujets pouvant les intéresser en tant que minorité religieuse au sein de la société allemande. Les deux conseils espèrent encourager les citoyens allemands musulmans à participer au scrutin législatif allemand sous le slogan "Ma voix compte”.

Le gouvernement marocain a également contribué à ce mouvement en mettant en place un programme de formation au profit de plus de 40 imams marocains officiant dans différentes mosquées du länder de Hesse, lancé en 2015, sous la supervision de l'Institut Goethe en partenariat avec le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME), le Conseil européen des Oulémas marocains (CEOM) et l'Office fédéral pour la migration et les réfugiés en Allemagne.

Le programme offre non seulement des cours d’apprentissage de langue allemande, qui permettront de communiquer facilement avec les nouvelles générations, mais il comprend également des ateliers de formation et des journées d’études sur des sujets tels que les mécanismes et les méthodes de l'encadrement des jeunes, les raisons de la radicalisation des jeunes, le système politique en Allemagne et la participation politique et sociale.

El Yazidi a insisté, à ce propos, sur la pertinence de s’inspirer de modèles positifs dans la gestion de la chose religieuse comme le modèle marocain qui “promeut les valeurs du juste-milieu, de modération, du dialogue et du respect”, notant que cette année, le Conseil a traduit en allemand la Déclaration de Marrakech sur le vivre-ensemble avant de la présenter à l’opinion publique en Allemagne en vue de mettre en exergue les valeurs nobles de l’islam.

LIRE AUSSI: