La première édition du salon du livre "Lettres du Maghreb" ouvre ses portes à Oujda

Publication: Mis à jour:
OUJDA
DR
Imprimer

LITTÉRATURE - La ville de Oujda a été ornée de banderoles et d'affiches inédites pour les habitants. Elles annoncent la toute première édition du Salon maghrébin du livre, “Lettres du Maghreb”, organisé par l’Agence de l'Oriental du 21 au 24 septembre, sous le thème “Dire la jeunesse, écrire l’espoir.”

Le salon réunira plus de 200 intellectuels et près d’une vingtaine d'éditeurs venus de différentes régions du Maghreb, mais aussi d’Europe et d’Afrique. Cette année, le Sénégal est ainsi mis à l’honneur pour renforcer cette appartenance au continent africain.

"Le salon va donner une nouvelle dimension à la région de l’Oriental," déclare au HuffPost Maroc, Abdelkader Retnani, éditeur de la Croisée des Chemins, co-organisateur de l’événement et président de l’union des éditeurs marocains. Il tient à rappeler que cinquante des intellectuels présents viennent de la région de Oujda.

Plusieurs représentants de différents pays ont assisté à l’inauguration du Salon hier, vendredi 21 septembre, dont le ministre de la Culture et de la Communication, Mohammed Laaraj, le wali de la région, Mouad El Jamai, l’ambassadeur de France au Maroc, Jean-François Girault. Ils ont été accueillis par une chorale d’enfants et ont pu assister à une chorégraphie inédite signée par l’artiste et metteur en scène marocain, Lahcen Zinoune.

Un grand chapiteau de 3.500 mètres carré situé au coeur de la ville abrite le salon qui s’attend à accueillir des milliers de visiteurs pendant quatre jours. Les Oujdis pourront se balader parmi les stands, rencontrer les auteurs pendant les séances de signatures mais également participer aux quarante tables rondes et conférences prévues lors de cet événement, où ils seront invités à nourrir les débats avec les auteurs.

Plusieurs questions seront levées lors de ces rencontres notamment la question de la migration et des frontières, la femme dans la pensée islamique contemporaine, ou encore le vivre-ensemble.

"À travers ces débats, nous voulons avant tout montrer que l’écriture dépasse les frontières. Elle voyage, casse les murs et passe au-delà des séparations", souligne Abdelkader Retnani.

Un hommage spécial sera également rendu à l'écrivaine marocaine Fatima Mernissi et les auteurs algériens Assia Djebar et Mohammed Arkoun.

Les plus jeunes n’ont pas été oubliés puisque des ateliers d’écriture, de contes et d’illustration leur seront proposés tout au long du salon.

Oujda a été choisie pour son “positionnement géo-stratégique”, véritable “carrefour de l’espace maghrébin,” indique le communiqué. En accueillant le salon “Lettres du Maghreb,” elle inscrit une "action fédératrice de plus à son histoire maghrébine et africaine."

"C’est une première au Maroc et nous restons très optimistes pour la suite", déclare Retnani, ajoutant: "nous avons même reçu les demandes d’une vingtaine d’écrivains pour faire partie de la prochaine édition de ce salon".

LIRE AUSSI: