Suppression de la besmala: Ouyahia dénonce un "faux-débat", une "inquisition" contre Benghebrit

Publication: Mis à jour:
A
Daikha Dridi pour le HP
Imprimer

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia est revenu ce jeudi 21 septembre 2017 sur la polémique suscitée par la suppression de la besmala des manuels scolaires du cycle primaire. Lors de son intervention devant les députés, il a pris la défense de sa ministre de l'Education.

Nouria Benghbrit fait face depuis la rentrée scolaire à de virulentes critiques et attaques suite à la suppression de la besmala, c'est-à-dire la formule religieuse “Bismillah Arrahman Arrahim” ( بسم الله الرحمان الرحيم), des premières pages d’ouverture de quelques livres du cycle primaire.

A la veille de la rentrée, le président de l’association des Oulémas algériens, Abderezzak Gessoum l'a accusée dans un communiqué de "nuire à l'identité" algérienne et “de porter atteinte a l’intégrité spirituelle de nos enfants" en supprimant la basmala. Des internautes, journalistes et députés ont également dénoncé la suppression de cette formule, critiquant la ministre de l'Education.

Réagissant à la polémique, Mme. Benghebrit a d'abord affirmé que la suppression ou non de la besmala relèverait des concepteurs et imprimeurs et non pas de sa tutelle. Elle a ensuite expliqué, dans un entretien à la Radio algérienne, que cette formule n'ouvrait pas tous les manuels scolaires émis depuis l'indépendance.

Ce matin, le Premier ministre Ahmed Ouyahia n'a pas manqué de revenir sur cette polémique, dénonçant les attaques contre la ministre de l'Education. Il a estimé que ces critiques était de "l'inquisition".

Qualifiant l'affaire de "faux débat", il a affirmé que la suppression de la besmala "était juste une erreur d'imprimerie".

LIRE AUSSI: Benghabrit: Des manuels rédigés par l'ex-président de l'association des oulémas ne contenaient pas "Bismillah"

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.