L'opposition dépose un recours contre la loi de réconciliation administrative auprès de l'Instance Provisoire de Contrôle de la Constitutionnalité des Projets de Loi

Publication: Mis à jour:
Imprimer

38 membres des blocs parlementaires de l'opposition ont déposé mardi un recours auprès de l'Instance Provisoire de Contrôle de la Constitutionnalité des Projets de Loi (IPCCPL), contre l'adoption de la loi de réconciliation administrative.

Dans une déclaration à radio Mosaïque FM, le député du Front Populaire Ahmed Seddik, a déclaré que cette loi est anticonstitutionnelle dans la mesure où les procédures de son adoption ainsi que son contenu ne respectent pas la constitution tunisienne.

Le député du mouvement Echaab, Zouheir Maghzaoui avait indiqué la semaine passée sur les ondes de la radio Shems FM, que malgré que cette loi soit passée, l'opposition a encore sa voix à faire entendre: "On a réuni 40 signatures pour intenter un recours pour inconstitutionnalité contre cette loi" avait-il affirmé.

L'Assemblée des représentants du peuple a adopté mercredi la loi sur la réconciliation administrative, une loi critiquée en Tunisie. Adoptée par 117 voix pour, une abstention et 09 voix contre, la loi a été adoptée dans une ambiance houleuse.

Samedi, le collectif "Manich Msemah" ("Je ne pardonne pas") a organisé une grande manifestation sur l'Avenue Bourguiba visant à soutenir les députés de l'opposition dans leur recours à la justice pour faire annuler cette loi.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.