Une députée du RCD dézingue Ahmed Ouyahia: "Il mérite le prix Nobel ... du mensonge" (VIDEO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

S'il peut compter sur les groupes parlementaires des partis au pouvoir, Ahmed Ouyahia aurait bien du mal à faire l'unanimité à l'Assemblée populaire nationale (APN). Le Premier ministre, qui a présenté dimanche dernier le plan d'action du gouvernement et tenté de justifier le recours de l'Etat au financement non conventionnel, a été violemment attaqué mardi 19 septembre par une députée du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD).

Nora Ouali, coordinatrice régionale des Femmes démocrates du RCD, a qualifié les arguments du SG du RND de "mensongers", estimant que Ouyahia mériterait le prix Nobel du ... "mensonge".

Ahmed Ouyahia a affirmé lors de son intervention que sans le recours au financement conventionnel et la planche de billets pour pallier le déficit du Trésor, l'Algérie doit emprunter 20 milliards de dollars chaque année auprès du FMI". Soulignant que cette opération, qui s'étalerait sur 3 à 5 ans, aura un "impact positif sur les citoyens et le développement économique du pays", le Premier ministre certifiait que le "financement non conventionnel ne causera pas la dévaluation du dinar".

Il avait d'ailleurs justifié la baisse de 25 à 30% de la monnaie algérienne par rapport aux devises étrangères ces trois dernières années par la chute des réserves de change.

Une analyse déjà rejetée par de nombreux experts et spécialistes, à l'instar de Ferhat Aït Ali. Dans un entretien à Radio M, cet économiste a exprimé son scepticisme quant au recours à la planche de billets. Il a affirmé que le financement non conventionnel provoquera une "dévaluation automatique".

"Quand on prête de l'argent au Trésor pour qu'il dépense alors que la production locale est limitée et si cela ne s’accompagne pas d’une baisse des importations et que cela continue à s’impacter au même rythme sur les réserves de change, nos garanties en devises pour la masse monétaire émise baissent. La dévaluation est automatique et technique", a-t-il expliqué.


La députée du RCD, Nora Ouali, a carrément fustigé le Premier ministre lors de son intervention mardi à l'Assemblée, l'accusant de chercher à "tromper l'opinion publique" à travers cette "analyse fallacieuse".

"La chute des prix du baril n'a pas causé la dévaluation du dinar. La baisse des réserves de change a juste divulgué la gestion catastrophique des affaires du pays et son incapacité à lancer une économie alternative aux hydrocarbures malgré des ressources matérielles et humaines abondantes", a-t-elle affirmé, chargeant l'Etat d'avoir "parfaitement échoué" à tous les stades.

La députée a ensuite ironisé sur la comparaison par Ouyahia de la conjoncture économique algérienne avec celle des États-Unis ou de certains pays européens. Elle lui a plutôt suggéré de prendre exemple sur le "Vénézuela ou le Nigeria", ou, comme pour l'accabler, les pays scandinaves, dont la Norvège qui jouit d'une économie alternative grâce à son capital humain malgré ses richesses en hydrocarbures, "réservée aux générations futures".

Après avoir accusé le gouvernement "d'avoir épuisé les ressources en quelques temps", elle a ainsi conclu que le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, mériterait le prix Nobel du ... "mensonge".

LIRE AUSSI: Ouyahia a encore usé du thème de la "crise importée de l'extérieur"

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.