L'artiste tunisienne Kaouther Titch relève le défi de "La route de l'encre"

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Kaouther Titch présentera "La route de l'encre", sa première exposition personnelle d'ampleur ce 29 septembre, à la Galerie Ghaya à Sidi Bou Saïd.

Juriste de formation, poète et aujourd'hui artiste autodidacte, elle développe des œuvres graphiques abstraites sous l'aile de Nja Mahdaoui qu'elle rencontre en 2010. "Il m'a aidé à libérer ma main et à ne plus penser au figuratif" confie-t-elle au HuffPost Tunisie. En 2013, ils réalisent ensemble un ouvrage dans lequel ses poèmes sont illustrés par les signes du maître calligraphe. "Dans ma poésie il a de la peinture et dans sa peinture de la poésie" commente Kaouther Titch.

efe

À la suite de cette collaboration elle décide de se consacrer à l'art graphique, "c'est la continuité de mon écriture qui est minimaliste" souligne-t-elle. "À travers mes encres je rythme mes mots imagés et tus."

Un changement de cap suivi de près et vivement encouragé par Nja Mahdaoui, qui salue le fait que Kaouther Titch ait "osé transfigurer les mots et les dits de ses propres poèmes, en mouvance esthétique parallèle, grâce à sa passion illimité du dessin et des encres qu'elle transpose délibérément en fragments purement abstraits dans la synergie du sillage des arts visuels contemporains".

efret

Dans le cadre de "La route de l'encre", Kaouther Titch présente près de soixante-dix travaux réalisés entre 2015 et 2017. Autant d'œuvres abstraites et mystérieuses rappelant des éléments naturels et attisant notre imagination.

Parmi elles, quelques grands formats manifestant davantage d'émancipation chez l'artiste, répondant selon ses termes à "un besoin, une envie de plus de liberté dans le geste". À travers ce projet audacieux Kaouther Titch réussit, en effet, le difficile pari de présenter au public tunisien une œuvre intégralement abstraite, exprimée par un geste libre et spontané s'opposant au conformisme.

"Cette exposition c'est de l'abstraction, dans les derniers tableaux je vais encore plus loin dans l'abstraction avec des coups francs à main levée, dans un style asiatique très avancé et ça va évoluer. Il y a un travail sur la lumière et les nuances. Le hasard joue aussi car certaines encres ont bougé par exemple, on retrouve du vert alors que je n'ai pas travaillé avec cette couleur mais avec du sépia" explique Kaouther Titch.

Au delà de ces nuances, il y a également un risque pris dans l'emploi quasi systématique du blanc et du noir pour lequel elle entretient une véritable passion et qui ne cesse de l'inspirer par "sa puissance". "Le noir n'est pas l'absence de couleur, c'est justement tellement coloré que cela devient saturé" dira-t-elle.

Le noir est aussi la première teinte que l'artiste emploie avec l'encre qui la suit depuis ses poèmes et s'épanouit aujourd'hui jusque dans ses tableaux. Le medium la guide dans ses expérimentations et lui permet de traverser inconsciemment l'Histoire et ses civilisations. " 'La route de l'encre' car c'est une recherche, je me retrouve dans le style asiatique, celui des vieux manuscrits mésopotamiens. On touche à l'Histoire on se déplace dans le temps, l'espace. C'est le chemin de mes recherches avec l'encre, d'ailleurs je n'arrêterais pas de travailler avec l'encre" explique l'artiste.

trgt

Si Kaouther Titch reste une artiste encore peu connue, sa collaboration avec la prestigieuse galerie Ghaya s'est révélée comme un véritable coup de cœur, "une découverte, tant par rapport à sa pratique que par rapport à son personnage" confie Adelaïde Comby responsable de la galerie au HuffPost Tunisie.

"Elle a fait une sélection rigoureuse de ses œuvres et tout le travail de scénographie s'est fait dans le respect de nos rôles respectifs, au cours de longues discussions à la galerie. D'habitude le travail est plus complexe, avec elle, c'était intuitif. Cela s'est fait très naturellement avec Nja et Kaouther pour l'accrochage. Ce travail est révélateur d'une passion pour la poésie" conclut-elle.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.