La construction d'un pont entre la Tunisie et l'Italie à l'étude selon Amel Makhlouf, membre de l'ordre des ingénieurs tunisiens

Publication: Mis à jour:
WATER BRIDGE
The Lacey V. Murrow Bridge of Interstate 90 as it spans Lake Washington just east of Seattle. | Art Wager via Getty Images
Imprimer

Amel Makhlouf, membre de l'ordre des ingénieurs tunisiens et chargée de la coopération internationale, a déclaré à l'antenne de la radio Express FM qu'un projet de construction d'un pont reliant la ville côtière tunisienne d'El Haouaria à l'île italienne de Sicile, est actuellement en cours d'étude et coûterait près de 100 milliards de dollars américains.

Makhlouf a indiqué que ce projet qui porte le nom de TUNeIT (TUNisie et ITalie) est soutenu par plusieurs institutions publiques comme Les Chemins de Fer Italiens ou encore des universités italiennes comme celle de Roma Sapienza, qui étudie le projet depuis une dizaine d'années. "Nous sommes également soutenus par des établissements tunisiens comme l'Ecole Nationale Supérieure des Ingénieurs de Tunis ainsi que l'ENAU (École nationale d'architecture et d'urbanisme)" a-t-elle indiqué.

"Il faut savoir que l'idée vient de nos partenaires italiens. Des études techniques très poussées ont été établies et nous avons conclu que le projet est parfaitement faisable" a-t-elle déclaré.

"Nous souhaitons établir une connexion. La carte des ponts dans le monde est un indicateur de développement. L'Europe est le continent le plus connecté. On veut que l'Afrique soit connectée à l'Europe et à l'Asie via la Tunisie" a-t-elle renchéri.

Selon Makhlouf, le pont sera d'une longueur de 130 km construit en 4 tronçons de 30 km reliés par des îles artificielles autonomes en énergies renouvelables.

En réponse aux craintes de détérioration du littoral de la Haouaria, Makhlouf a déclaré que le premier tronçon sera sous-terrain. Un tunnel qui se terminera dans l'une des 4 îles artificielles prévues.

"Nous voulons que la marchandise africaine soit transférée vers l'Europe assez rapidement à travers la Tunisie" a également affirmé Amel Makhlouf.

Elle a également déclaré que l'enjeu est principalement économique: l'Afrique compte consacrer 3000 milliards de dollars américains en infrastructure pour tout le continent, mais la méditerranée constitue une barrière au développement de l'Afrique. "Les 100 milliards de dollars ne constituent rien par rapport à la somme qui sera investie" a-t-elle dit.

"Ce pont fera de la Tunisie une puissance mondiale" a-t-elle affirmé avant de conclure "Les travaux dureront 5 ans et cela va créer des emplois pour les migrants qui pourront travailler dans les îles artificielles".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.