De la Nouvelle Star à "Aji M3aya", Sonia Noor nous embarque dans son univers musical

Publication: Mis à jour:
SONIA NOOR
Sonia Noor
Imprimer

PORTRAIT - "Aji M3aya" (Viens avec moi) n’est pas seulement le titre de l’EP et du premier single de Sonia Noor, c’est aussi une invitation pour découvrir cette jeune chanteuse pleine de talent et son riche univers musical.

aji m3aya

Née à Paris d’un père expert-comptable et d’une mère docteur en biologie, sa famille revient s’installer à Rabat quand elle a deux ans. Sonia a toujours été passionnée par le chant, la musique et le théâtre, mais elle n’a jamais eu l’idée de faire de sa passion une carrière. Ce n’est qu’en 2016, après l’obtention d’un Bachelor en Finance et Marketing à l’Université Al Akhawayn, que sa vie va prendre une tournure inattendue.

Inscrite à l'émission française "La Nouvelle Star" par un membre de sa famille, elle est surprise de recevoir un e-mail la convoquant à passer l’audition. Cette année-là, "La Nouvelle Star" avait pour la première fois lancé un casting digital. Ce dernier consiste à s’inscrire sur une plateforme internet nommée "My Nouvelle Star", où les participants doivent relever 5 défis et récolter un maximum de votes afin de mettre la main sur l’un des "4 Golden Tickets" qui leur permettent d’accéder aux "épreuves de Théâtre". Sonia était l’une des 4 vainqueurs, mais verra malheureusement son aventure s’achever au niveau de "l’épreuve du feu".

Pour Sonia, devenir "La Nouvelle Star" n’était pas le plus important. "Pour moi c’était une chance et un déclic. C’est à ce moment-là que je me suis dit: 'Je voudrais vraiment me lancer dans la musique'", nous révèle-t-elle avec enthousiasme et un sourire rayonnant.

La chance est de son côté, car tout juste après son retour de "La Nouvelle Star", elle a eu l’un des rôles principaux du spectacle "Amakyn", mis en scène par Fatym Layachi et présenté à la biennale "Karacena" de l’école nationale de cirque Shems’y. Acrobaties, théâtre, chant… différentes disciplines s'imbriquent dans cette création artistique qui raconte l’histoire de trois femmes: une d’origine hispanique, une arabe et une juive, qui arrivent dans un endroit appelé Amakyn et qui essayent de se frayer une place dans sa société, parmi les jongleurs, les acrobates et les musiciens. "C’était un très beau projet, et j’ai adoré en faire partie!", nous confie Sonia.

Entrée en contact avec l’école CODA à Casablanca pour recevoir des cours de chant avant sa participation à "La Nouvelle Star", leur association ne s’est pas arrêtée là. Une fois revenue de la compétition, et après avoir présentée Amakyn à Karacena, Sonia a signé avec Maroc Live. Cette dernière est une agence d’Entertainment à laquelle appartient l’école CODA, et c’est dans les studios de celle-ci que Sonia a enregistré les chansons de son EP.

Durant cette année, je peux dire que j’ai consacré 95% de mon temps à mon EP… C’est la première fois que je fais de la musique à temps plein, et c’est une expérience très sympa.

Sonia Noor a enfin partagé le 8 septembre dernier la chanson "Aji M3aya", le premier morceau de son EP. Quand on lui demande pourquoi elle a choisi de partager à la fois la chanson et son clip, contrairement à d'autres artistes qui choisisse de ne divulguer leur clip qu’une ou deux semaines après avoir partagé la chanson, elle hausse légèrement les épaules et dit: "Tout simplement parce que pour moi, 'Aji m3aya' n'est pas seulement une expérience auditive, mais visuelle aussi puisque ça parle de voyage. Je ne sais pas si je vais faire la même chose pour les prochains singles, mais je suis heureuse de l'avoir fait pour celui-ci".

La chanson "Aji M3aya" est un mélange de musique gnawa, de rythmes électroniques, de jazz, de la soul et de pop. "Ce sont beaucoup de musiques et touches différentes qui vont très bien ensemble, et c’est ce qui fait aussi ma couleur musicale", nous précise-t-elle. Dans ce morceau, Sonia chante en arabe et en anglais, un choix pas si évident puisque elle a suivi ses études de primaire et secondaire à la mission française, avant d’aller à l’université américaine.

"Honnêtement, je n’y avait pas trop pensé. Pour moi, c’était un choix évident. Je suis Marocaine et c’est ainsi que je m’identifie, puisqu'à part les deux première années de ma vie, j’ai toujours vécu au Maroc. J’aime la fusion et je trouve que l’anglais et la darija vont bien ensemble. J’ai donc décidé d’employer les deux dans 'Aji M3aya'. Mais il y a aussi une chanson dans mon EP qui est chantée en darija et en espagnol, comme il y a des chansons qui ne sont qu’en darija…Et donc, il y a un peu de tout", dit-elle malicieusement.

Quant à son clip, réalisé par Ayoub Hanchaoui, il a un concept original qui reflète l’esprit même de la chanson et illustre ce voyage décrit dans les paroles. Durant l’intégralité du clip, hormis les dernières scènes, on ne voit Sonia que de dos en train de nous mener vers des destinations diverses.

"Je ne voulais pas mettre un visage sur le protagoniste du clip, car ça peut être n’importe qui, et je voulais que tout le monde s’y identifie. La chanson ne parle pas seulement d’un voyage physique, mais tout simplement du voyage avec un grand V. Ça peut-être un voyage en amoureux, un voyage spirituel ou un voyage intérieur. Et on a, avec Ayoub, choisi des endroits comme Essaouira ou la médina de Rabat, ainsi que des endroits qui ont un caractère universel comme le bord de mer ou la forêt, pour montrer que le voyage peut prendre place n’importe où".

Il s'agit d'une première collaboration entre Ayoub Hanchaoui et Sonia Noor. "C’était le premier dont on m’a montré le travail, et j’ai immédiatement adoré! J’aimerais certainement travailler avec lui à nouveau".

L’EP contient 4 à 5 morceaux qui sortiront l’un à la fois, car Sonia Noor souhaite que le public ait l’opportunité de savourer et de plonger dans l’univers de chaque chanson avant de découvrir la suivante. Elle a composé toutes ses chansons, mais a co-écrit les paroles avec différents paroliers. Quant aux arrangements, ceux-ci ont été faits par Arash Sarkechik et M’hamed El Menjra.

sonia noor

Autre élément de taille, le logo a pour la chanteuse une place très importante. Créé par Amine Bajeddi, le logo reflète son identité musicale à travers ce mélange entre les lettres latines et les diacritiques arabes. L’emploi de la couleur dorée n'est pas non plus le fruit du hasard, clin d'oeil d'une part à son deuxième prénom, Noor, qui signifie lumière, et traduisant d'autre part la conviction profonde qu'elle partage et qui consiste à toujours rester positif.

"Il est très important pour moi d’essayer de rester enthousiaste quoi qu’il arrive. Pour moi, la musique est une thérapie, et à travers elle j’aime transmettre de l’énergie positive au public. C’est pour cela qu’il y a une chanson dans l’EP dont le titre est "Eddehk Dwaya" (Le rire est mon remède)", dit-elle.

Si la musique est devenue l'une de ses priorités, Sonia a d’autres hobbies auxquels elle aime consacrer du temps. Elle aime la lecture, "Soufi, mon Amour" restant son roman favori. Elle aime aussi faire du yoga, adore voyager et, bien évidemment, écouter de la musique. Ses influences musicales sont variées, de Ray Charles à Selah Sue en passant par Oum Keltoum, elle aime un peu de tout.

"Le cerveau est une sorte de bibliothèque, et tout y reste archivé, même quand on a l’impression que ce n’est pas le cas. J’ai grandi en écoutant du jazz, du reggae, de la soul, de la pop, du R&B... Tout cela m’a influencé, m'a imprégnée et a contribué à façonner ma couleur musicale et celle que je suis aujourd’hui".

Pas de date annoncée pour le lancement de son prochain EP, il faudra donc patienter et surveiller sa page Facebook. Mais elle prévoit de sortir un album vers la fin de l’année, et organiser d’autres événements à l’instar des deux concerts qu’elle a donnés la semaine dernière à Casablanca et à Rabat, et qui lui permettront de rencontrer son public.

Un dernier mot pour ses fans? "Et bien… Ajiw M3aya!", lance-t-elle en riant.

LIRE AUSSI: