Le député du Front Populaire Ammar Amroussia tacle Béji Caid Essesbi après son interview à la Télévision nationale

Publication: Mis à jour:
TUNISIE
capture écran/Facebook/front populaire
Imprimer

Le député du Front Populaire Ammar Amroussia n'a pas apprécié la teneur de l'interview accordée par le président de la République Béji Caid Essebsi lundi à la Télévision nationale, et il l'a fait savoir.

Invité à s'exprimer sur les propos de Béji Caid Essebsi, le député a affirmé que ce dernier n'est que le porte-parole du leader d'Ennahdha Rached Ghannouchi: "Ce n'est une surprise pour personne. Le président de la République est le porte-parole par intérim de Rached Ghannouchi" a-t-il avancé.

"Ce qui a attiré mon attention, c'est le retour au Takfir (accusation d'apostasie)" a mentionné Ammar Amroussia reprochant à Béji Caid Essebsi d'avoir utilisé le mot "فاسق" (qui veut dire "pervers" dans le sens religieux utilisé par le président de la République) pour qualifier le leader du Front Populaire Hamma Hammami.

Revenant sur l'intention de Béji Caid Essebsi de se représenter ou non en 2019, Ammar Amroussia indique que: "Béji Caid Essebsi a répondu aux Tunisiens (...) et il est clair qu'il compte léguer le pouvoir en héritage".

Le président de la République Béji Caid Essebsi a accordé lundi une interview à la Télévision nationale au cours de laquelle il est revenu sur plusieurs sujets dont notamment une récente interview accordée par le leader du Front Populaire Hamma Hammami. En réponse à celle-ci, le président de la République a reproché à ce dernier les insultes et la minimisation de son travail à la tête de l'État.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.