Terrorisme et migration, l'Africa Security Forum rempile pour une 2e édition

Publication: Mis à jour:
AFRICA SECURITY FORUM
DR
Imprimer

SÉCURITÉ - Après deux années d’absence, l’Africa Security Forum revient pour une seconde édition prévue du 8 au 10 octobre prochain à Casablanca, décrochant au passage le haut patronage royal pour son organisation. Initié par Atlantis, un think-tank spécialisé dans les études stratégiques, en partenariat avec le Forum international des technologies de la sécurité (FITS), l’événement reviendra cette année sur la thématique du terrorisme vue sous le prisme des flux migratoires, du cyberespace et de la coopération interafricaine.

À en croire Alain Juillet, président du FITS, la question de la coopération est indispensable face aux changements qui sont en train de s’opérer sur tout le continent, qu’ils soient de nature démographique ou socio-économique. "Durant les 30 prochaines années, tous les experts s’accordent à dire que l’Afrique connaîtra une croissance soutenue, mais le continent connaîtra également un important développement démographique qui fera qu’une bonne partie de cette croissance sera consommée par cette nouvelle population", a déclaré l’expert.

Ces mutations auront une incidence sur les flux migratoires. "Si actuellement, les mouvements migratoires se dirigent du sud vers le nord, on aura quelque chose de complètement différent: les gens iront dans tous les sens !", ajoute le président du FITS. Driss Benomar, président d’Atlantis, abonde dans le même sens: "Venir à bout des entraves, à l’installation d’une paix au sein et aux frontières des pays africains revient à booster efficacement la mutualisation des moyens et compétences humaines et techniques pour qu’enfin l’Afrique se dote des moyens de ses ambitions", explique-t-il.

C’est donc à toutes ces problématiques qu’essayeront de répondre les 350 experts et officiels issus de 38 pays africains différents qui ont répondu à l’appel de l’Africa Security Forum 2017. Parmi eux, des invités de haut niveau ont déjà confirmé leur présence, dont notamment Hirut Abhra, la Deputy Representative d’Interpol à l’Union africaine, le Colonel Peer de Jong, vice-président de l’Institut de Management pour la Sécurité internationale - Themiis (conseiller auprès de la RIM dans le cadre du G5 Sahel) et Gilles Kepel, universitaire et islamologue.

À leurs côtés, seront présents le prestigieux Royal Institute of International Affairs, fondé en 1920 et communément désigné par l’appellation Chatham House, le Royal United Service Institute (RUSI) qui est le plus ancien think-tank, fondé au Royaume-Uni en 1831, l’Institut Français des Relations Internationales, l’Institut Royal El Cano, le German Institute for International and Security Affairs, ainsi que de nombreux autres think-tanks internationaux.

LIRE AUSSI: