L'exposition "Reality Lines" de l'artiste tunisien Jawhar Soudani, aka Va Jo: Du "street art" sur toile (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

"Un monde au devenir immatériel. Une réalité devenue virtuelle. On en oublierait presque le goût de l’eau, les senteurs des arbres et la forme des visages. Les choses disparaissent de plus en plus, laissant la place à des machines multifonctionnelles, autosuffisantes et presque autonomes. À la réalité virtuelle succèdera l’intelligence artificielle".

vajo

Rien de mieux que les mots de l'artiste lui-même pour décrire son projet. L'exposition "Reality Lines", en Français "Les Lignes de la Réalité", de l'artiste-graffeur Jawhar Soudani, aka Va Jo, illustre un univers qu'il a imaginé, cette fois non sur les murs mais sur des toiles et d'autres supports.

Du "street art" sur toile

"Ces toiles représentent ce que je fais d'habitude dans la rue, mais ce projet donne un côté organique, plus naturel au street art" explique Va Jo au HuffPost Tunisie.

vajo

Le style, les couleurs et l'engagement de Jawhar se sont transportés depuis les murs vers ses tableaux exposés à l'Atelier Y, à la Marsa. Une exposition qui se déroule pendant tout le mois de Septembre 2017, avec en prime, une performance live de mapping, fruit d'une collaboration entre Va Jo et Marwen Blue.

"C'est une performance live de mapping vidéo sur l'oeuvre de jawhar, ce n'est pas prêt à l'avance. Je viens ici et je travaille dessus. Cela se construit au fur et à mesure" explique au HuffPost Tunisie, Marwen, installé dans la pièce à côté.

vajo

C'est quand il avait seulement 11 ans que Jawhar s'est introduit dans le monde du graffiti, "Cela fait 17 ans que je le fais, et je ne peux pas arrêter, c'est mon oxygène" raconte-t-il.

Le street art reste son moteur et il s'y remettra tout de suite à la fin de l'expo.

L'insaisissable

"Reality Lines", c'est une auto-thérapie linéaire, une thérapie pour Va Jo lui-même, à travers son art. Il y laisse échapper ses idées aux "couleurs flashy, intenses", qui reflètent sa personnalité.

Une passion qui le suit et qui a grandit avec lui, un monde où il a évolué, s'engageant de plus en plus dans des sujets qui lui parlent.

vajo

"Peindre la forme d’un animé ou d’un inanimé pour représenter ce qui -en lui- n’a pas de forme" écrit-il encore.

Donner forme aux pensées, aux humeurs ou aux gestes du quotidien. Représenter le quotidien, la survie ou les désirs. Concrétiser ce qui n'est pas visible, "toute ma démarche est dans l’exploration de ce 'caché' " explique-t-il.

Dans ses tableaux "Mr Everything", "Mr Everytime" ou encore "Mr Everywhere", par exemple, il illustre cette envie qu'on a souvent de vouloir être partout et de vouloir tout faire en même temps.

L'évocation de la nature revient dans quasiment tous les tableaux. "Wild Blessing", "Surviving" ou encore "Accumulation" explorent chacun un thème, différent mais connexe, examinant subtilement des sujets comme l'industrialisation ou la protection de la nature.

vajo

"Reality Lines" c'est sa première expo en solo. Et une expo en solo, "c'est comme être nu devant les gens" décrit-il, "Toutefois, il ne faut pas avoir peur, on ne doit pas s'attendre à ce que tout le monde aime. Tu fais ce que tu as à faire, c'est de l'Art, une forme d'expression."

Pour Jawhar Soudani, il faut foncer, ne pas attendre qu'on vienne à son secours, "les gens se posent des limites qui sont virtuelles, alors qu'on peut réaliser ce que l'on veut avec ses propres petits moyens" conclut-il dans un souffle d'optimisme.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.