Accusée d'athéisme, une enseignante à Sfax humiliée par les parents d'élèves; le ministère de l'Éducation réagit

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La rentrée scolaire a été bien difficile pour cette institutrice de Sfax. Accusée de "mécréance" par un groupe de "parents d'élèves", l’institutrice Faïza Souissi a été humiliée devant l’école où elle travaille; sous le regard de ses élèves, vendredi 15 septembre.

Une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux montre la scène où des parents furieux devant l'école réclament son renvoi en l'accusant d'athéisme et en dénonçant la mauvaise influence qu'elle pourrait avoir sur leurs enfants.

Indignation et vaste mouvement de solidarité

Réagissant à cet incident, la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH), section Sfax-Sud a appelé, dans un communiqué rendu public dimanche, à la protection de l'institutrice. Elle a exprimé son soutien à l’institutrice mettant en garde contre les dangers pouvant découler de telles pratiques aussi bien sur l’avenir de l’établissement scolaire que sur la réalité des libertés dans le pays. "Les allégations propagées contre Faïza Souissi sont dépourvues de tout fondement", a noté la Ligue dans le même communiqué.

Une visite de solidarité a été menée, dimanche, par les membres de LTDH pour soutenir l'enseignante agressée et dénoncer ces agissements.

De son côté, la section régionale de l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates a exprimé, samedi, son soutien à l’enseignante et a fortement dénoncé ces pratiques rétrogrades constatées, chaque année, contre plusieurs enseignantes et enseignants. Dans son communiqué, l'ATFD a souligné la nécessité d'entamer des poursuites judiciaires à l'encontre des agresseurs et appelé à une protection des éducateurs et de l’institution scolaire.

"Elle a passé 34 ans de sa vie dans l’enseignement, elle ne mérite pas un tel agissement" a déclaré Sami Tahri, Le secrétaire général adjoint et porte parole de l'UGTT, à Assabeh News. Il a estimé que ce qui s'est passé est un "crime contre (...) contre l’enseignante Faïza Souissi, mais aussi contre le corps enseignant et l’école tunisienne".

Ouverture d'une enquête par le ministère de l'Éducation

À la suite de cet incident, le ministère de l’Éducation a publié, dimanche, un communiqué dans lequel il condamne l’agression de Faïza Soussi et dénonce ces agissements irresponsables. Le ministère a qualifié d'inadmissible ce qui s'est passé à l'école primaire de Sfax et a annoncé l’ouverture d’une enquête au sein de l’école en question pour déterminer les responsabilités et éviter que ce genre d’incident ne se reproduise.

Le ministère souligne également le rôle important des parents en tant que partenaires du système éducatif, les appelant à être coopératifs.

Le ministère rappelle, d'autre part, qu'il est seul apte à juger le rendu pédagogique de chaque enseignant.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.