Latifa Abada Headshot

Destruction des mines antipersonnelles : l'Algérie réaffirme ses engagements

Publication: Mis à jour:
B9016EAE560BD61F0E576E6D2FB3F5BF_M
APS
Imprimer

Le chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), Ahmed Gaïd Salah a souligné, lundi 18 septembre à Djelfa, le respect par l'Algérie de ses engagements internationaux en matière de destruction des stocks restant de mines antipersonnel, rapporte l'APS.

Cette opération intervient en exécution des dispositions de la convention d'Ottawa, portant sur l'interdiction de l'emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et leur destruction.

Cette dernière phase intervient pour couronner de précédentes opérations de destruction de mines antipersonnel dont la cérémonie de lancement a été présidée par le Président de la République le 24 novembre 2004.

Ahmed Gaïd Salah a indiqué que cet important évènement, qui consiste en la destruction du stock restant des mines antipersonnel en Algérie, estimé à 5.970 mines, coïncide avec la commémoration du 20ème anniversaire de l'adoption de la convention d'Ottawa.

Le général de Corps d'armée a rappelé à l'assistance l'allocution du président de la République et par laquelle "l'Algérie a démontré son adhésion active et réelle à la démarche entreprise par la communauté internationale visant à débarrasser le monde de cette arme meurtrière."

Il a poursuivi en ajoutant que pour le président de la République, "la signature et la ratification de cette convention par l'Algérie, ainsi que l'opération de destruction de son stock de mines antipersonnel constituent un pas géant sur la voie de l'élimination définitive de cette munition fatale et aveugle. C'est également un engagement international qu'il nous tenait à coeur d'honorer, d'autant que l'Algérie a énormément souffert des séquelles de ce fléau."

Le général de Corps d'Armée a affirmé que "les résultats réalisés aujourd'hui constituent le fruit d'un travail assidu et des efforts laborieux qui ont été fournis pour délivrer notre pays des mines disséminées par le colonisateur le long de nos frontières est et ouest."

En Algérie, les mines anti personnel ont fait 7300 victimes civiles dont 4830 durant la guerre de libération nationale et 2470 après l'indépendance.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.