Ils ont été nombreux à aller voir Solomun: Retour sur le 2ème hors-série d'Ephémère

Publication: Mis à jour:
SOLOMUN
FACEBOOK/SOLOMUN OFFICIAL
Imprimer

Le 15 septembre, le Golden Tulip Carthage s'est habillé des les couleurs d'Ephémère, accueillant les éphémèristes dans un espace couvert, transformé pour l'occasion en un énorme dancefloor.

La deuxième soirée "hors-série" affichait complet. Solomun était présent et avec lui, les Tunisiens, Gleam of Hope et Haze-M. Une line-up qui a su attirer.

L'excitation des milliers de festivaliers se ressentait dehors dans la rue.

LIRE AUSSI: Le DJ Bosnien Solomun à Tunis: L'invité exclusif de la deuxième soirée du festival "Ephémère Hors-Série"

Un flux massif

Devant le Golden Tulip, le site est barricadé. Il est presque minuit et des centaines de jeunes sont toujours dehors.

Ce n'est pas une simple file d'attente, c'est une cohue qu'il faut traverser. Une fois dépassé la première porte, une deuxième file tout aussi désordonnée attend les festivaliers. "Cela fait 1h30 qu'on est dehors et qu'on attend" témoigne une jeune fille au HuffPost Tunisie,. "Pourquoi ne pas mettre des barrières qui ne laissent passer que deux personnes, la file serait plus longue, mais ça circulerait plus vite" propose une autre. "Ce qui nous manque ici, c'est la musique, ils devraient penser à installer des mini-baffles, on râlerait moins", lance un autre festivalier.

Mais pas question de bouder, la bonne humeur, les vannes et les éclats de rire s'en vont de bon coeur. Pour d'autres, c'est l'occasion de discuter de ce fléau.

Sécurité, le point fort

Dehors comme à l'intérieur, la sécurité est omniprésente; rassurant, quand on voit le grand nombre de festivaliers. La protection civile est aussi bien présente.

La sécurité est de mise. Briquets ("Mais on en a besoin!" clament les festivaliers) et objets tranchants ne sont pas permis. Les sacs passent par le scanner et les festivaliers par le portique de sécurité. C'est juste après qu'on recommence à respirer de l'air. Ensuite, la foule se coupe en deux pour récupérer les pass, les garçons à droite, les filles à gauche! Enfin, la soirée peut commencer.

Le moment qu'ils attendaient tous

1h10, Solomun fait son entrée et l'excitation monte pour ne plus redescendre pendant les prochaines quatre heures.

Légende: "Merci Oasis Festival à Marrakech jeudi pour la longue danse inattendue et hier à Tunis pour la grande énergie..."
(Solomun)

À l'intérieur, les jeunes festivaliers se donnent à fond et apprécient le spectacle. Inès, "à peine 18 ans", est venue y fêter son anniversaire avec des amis: "D'habitude je ne veille pas aussi tard, mes parents sont assez stricte sur le sujet mais pour Solomun, ils ont fait une exception" raconte-t-elle avant d'ajouter: "C'est énorme, je n'ai jamais vu autant de monde concentré dans un même endroit".

Elyes et Selim n'ont raté aucun rendez-vous du festival Ephémère depuis sa création: "On adore le concept et c'est toujours super bien organisé..." raconte Selim avant de se faire couper par Elyes: "...peut-être un peu moins aujourd'hui" qui reproche "l'interminable file d'attente" pour pouvoir y accéder.

Même si le temps a paru long, les deux jeunes hommes ne regrettent pas: "Quelle merveilleuse soirée, le set de Solomun était une tuerie...cela dit on s'en doutait déjà un peu" affirme Selim. "Ephémère reste le seul et unique festival qui ne déçoit pas jusqu'à ce jour. Il l'a encore prouvé aujourd'hui" conclut Elyes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.