Cet homme est le premier traducteur d'émoji professionnel

Publication: Mis à jour:
KEITH BRONI
BBC / BBC Breakfast
Imprimer

Keith Broni fait parler de lui depuis plusieurs semaines, et pour cause, il a l'un des métiers les plus insolites qui existent. Il est le premier traducteur d'emoji au monde.

Vous envoyez certainement ces petites icones, smileys, cœurs ou accessoires, tout au long de la journée depuis le clavier de votre smartphone. Ce jeune londonien d'origine irlandaise en a quant à lui fait son métier !

Si le poste vous semble particulièrement accessible, détrompez vous, Keith Broni a été sélectionné il y a quelques mois par l'entreprise londonienne Today Translations parmi plus de cinq cent candidats.

"J'ai envoyé ma candidature presque instantanément après avoir vu un des articles de presse proposant le poste. Les émojis représentent sans aucun doute un outil de communication très impactant, permettant l'expression des émotions et la compréhension surtout lorsque les langues traditionnelles peuvent constituer des barrières. Cependant nous savons que toutes les cultures n'interprètent pas les mêmes émoji de la même façon. En aidant les entreprises et les organisations à comprendre ces différences, j'ai l'intention de faire une réelle différence dans le monde de la communication mondiale," révèle l'heureux élu, dans des propos rapportés par le site de l'entreprise.

Parmi ses missions l'emploi comprend notamment la réalisation d'un guide émoji, des conseils sur l'usage des émojis en marketing et leur analyse dans des contextes spécifiques.

S'il fait rêver plus d'un adepte du texto, le job de Keith Broni a inévitablement donné lieu à de multiples moqueries notamment sur Twitter. Beaucoup d'internautes se sont en effet demandés ce que pouvait impliquer ce poste, ne croyant pas qu'un tel poste puisse exister.

Les captures d'écran du traducteur, lors de son apparition sur la chaîne BBC avec le titre de son poste, ont ainsi fait le tour de la toile. On retrouve ces dernières généralement illustrées par des commentaires hilarants comme le désormais célèbre "2017 has gone too far" ("2017 est allé (beaucoup) trop loin") notamment relevé par le magazine britannique Dailymail.

Lire aussi:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.