L'Appel d'Agadir: Les acteurs non-étatiques font du forcing

Publication: Mis à jour:
CLIMATE CHANCE AGADIR
DR
Imprimer

CLIMATE CHANCE – Les acteurs non-étatiques sont bien décidés à se faire entendre sur la question environnementale. Dans une déclaration commune, présentée lors de la clôture du Sommet international "Climate Chance" le 13 septembre dernier à Agadir, ils se sont engagés sur un ensemble de mesures concrètes à appliquer en priorité pour la lutte contre le réchauffement climatique, histoire d’imposer leur rythme aux États qui se préparent déjà à la COP23.

Les négociations entre États prennent trop de temps

"Les négociations au plus haut niveau des États vont encore prendre du temps. Or, nous en manquons cruellement. Les territoires les plus vulnérables subissent déjà de plein fouet les conséquences du changement climatique. C’est maintenant à nous d’imposer le rythme à travers des actions concrètes", déclare au HuffPost Maroc Hakima El Haité, championne marocaine du climat.

C’est donc une feuille de route, qui comprend un ensemble de neuf mesures, à laquelle se sont engagés les différents syndicats, associations, entreprises et collectivités locales présents lors de cette deuxième édition du "Climate Chance". Et il faut dire que les acteurs non-étatiques n’ont pas mâché leurs mots pour signifier leur mécontentement face aux promesses, pas assez ambitieuses, faites par les États lors de l’Accord de Paris.

Réchauffement climatique: "On est encore loin des 2°C !"

"Quand on examine l’ensemble des contributions nationales (NDCs) enregistrées, on se rend compte qu’elles conduisent à une augmentation de la température moyenne mondiale de l’ordre de 3,5°C. On est bien loin de la limitation à 2°C visée par l’Accord de Paris", déplore Ronan Dantec, président de l’Association Climate Chance et sénateur de Loire-Atlantique.

Pour accélérer la cadence, les acteurs non-étatiques se sont accordé pour ériger leurs priorités qu’ils présenteront aux États. C’est le cas notamment des financements. Ceux promis lors de la dernière COP sont en effet jugés "inadéquats pour relever le défi". "Les acteurs non-étatiques réaffirment l’importance d’accroître les financements internationaux publics et privés et appellent les pays développés à respecter l’engagement qu’ils ont pris de mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020", peut-on lire dans le 5e point de la Déclaration.

Faire barrage aux projets climatiques factices

Toujours au volet financier, les participants ont insisté pour être impliqués lors de l’élaboration des critères d’octroi des fonds. Ils souhaitent ainsi pouvoir faire barrière et bloquer le financement de projets d’infrastructures qui seraient contraires aux agendas du climat et du développement durable.

La Déclaration d’Agadir a également fait référence à la décision de Trump de se retirer de l’Accord de Paris. Une décision qui "inquiète profondément" les acteurs non-étatiques, qui souhaitent apporter leur soutien aux acteurs américains ayant montré leur détermination à poursuivre leurs actions de lutte contre le dérèglement climatique, notamment à travers l’initiative "We are still in".

Top départ de l’Observatoire Climate Chance

Une initiative louable, mais qui pourrait bien rester lettre morte en l’absence de suivi, même si Brahim Hafidi, président du Conseil régional de Souss-Massa, région co-organisatrice de l'évènement, veut y croire. "La déclaration d’Agadir sera portée devant les États à la COP23 en novembre prochain. Sans oublier qu’un bilan d’étape concernant toutes les mesures inscrites sera présenté lors de la 3e édition du Sommet "Climate Chance" en 2018 à Brazzaville", a-t-il ainsi déclaré.

À noter que la dernière journée du Sommet a également connu le lancement officiel de l’Observatoire Climate Chance. Discuté avec les acteurs présents, cet observatoire se veut un outil d’aide, destiné aux décideurs, afin de mesurer la réalité des actions engagées par les acteurs non étatiques, leur succès et leurs difficultés. Un premier rapport sera remis en ce sens à l’automne 2018 avant le dialogue de facilitation et la COP24 qui se tiendra en Pologne.

LIRE AUSSI: