Plus de 10 jours après l'Aïd, le ministère de l'Agriculture réagit à la polémique des "viandes vertes"

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Après l'Algérie et le Maroc, c'est au tour de la Tunisie de vivre une scabreuse histoire d'engraissement douteux d'ovins. En effet, beaucoup de Tunisiens se sont aperçus avec stupeur que la viande de leur mouton, qu'ils viennent de sacrifier à l'occasion de l'Aïd, avait vite fait de tourner au vert, avec des signes de putréfaction.

Pourquoi la viande est-elle verte? Est-elle consommable?

Différentes explications ont été émises à ce sujet. Certains ont estimé qu''il s'agit d’injection des hormones qui gonfleraient le bétail anormalement et lui donneraient un aspect plus attrayant pour l’acheteur. Une hypothèse avancée par le président de la confédération des syndicats des pharmaciens du Maroc, Mohamed Lahbabi, qui a noté qu'un complément alimentaire servant aux amateurs de musculation, un "concentré de protéines, de lactosérum et de protéines de lait" qui, associé avec des hormones, fait "enfler" le bétail mais lui donne cette coloration verdâtre "dès qu'on l'égorge".

Une explication qui a été rejetée par l’Office marocain de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA). Selon lui, “la coloration superficielle de la viande ou sa putréfaction est due à une contamination bactérienne de type pseudomonas, clostridies, coliformes et staphylocoque (contenue) en grand nombre dans l’appareil digestif de l’animal.” Pour l'Office, il s'agit plutôt de mauvaises conditions de conservation de la viande avec une période de fortes chaleurs, le changement de couleur serait dû à une infection bactérienne.

Ces viandes sont, par conséquent, impropres à la consommation. Les acheteurs devront jeter la viande qui a changé de couleur et dont émane une odeur nauséabonde, souligne l'Office.

Mais si les Marocains connaissent déjà les causes derrière cet incident, en Tunisie, les citoyens attendent toujours le résultat d'une enquête menée par l’administration générale des services vétérinaires à Sfax.

Plusieurs cas de putréfaction de viandes détectés à Sfax

D'après le président du département de la production animale au sein du commissariat régional au développent agricole de Sfax, Sami Farsi, 40 cas de putréfaction de viandes ont été enregistrés deux jours après la fête de l’Aid à Sfax.

"Un échantillon de ces viandes a été transféré aux laboratoires pour faire les analyses nécessaires en vue d’identifier les causes de cette putréfaction. Une enquête de terrain sera ouverte en vue de déterminer l’origine d’acquisition des bêtes," annonce Khaireddine Makhlouf, inspecteur régional à l’administration générale des services vétérinaires à Sfax, à Shems Fm. Ce dernier a estimé que cette coloration verdâtre revient aux circonstances de l’égorgement et des conditions de conservation de la viande.

Le ministère de l'Agriculture réagit

Dans un communiqué rendu public le mardi 12 septembre 2017, le ministère de l'Agriculture a indiqué qu'une enquête a été ouverte pour analyser les causes de ce phénomène en précisant que les résultats seront bientôt annoncés.

Toutefois le ministère appuie l'hypothèse du non respect des conditions sanitaires d’abattage des bêtes de sacrifice, surtout que la fête de l'Aïd a coïncidé avec une hausse des températures pouvant causé la prolifération des microbes et un changement de la couleur de la chair. Il souligne, par ailleurs, que les moutons de contrebande pourraient être la principale cause de la putréfaction des viandes, ajoutant que cette hypothèse reste à vérifier.

LIRE AUSSI: La viande verte de l'Aïd n'est pas liée aux conditions d'élevage, assure l'ONSSA

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.