L'ARP adopte la loi sur la réconciliation, amertume sur les réseaux sociaux

Publication: Mis à jour:
TUNISIA ASSEMBLY
Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

L'Assemblée des représentants du peuple a adopté mercredi la loi sur la réconciliation administrative, une loi critiquée en Tunisie.

Adoptée par 117 voix pour, une abstention et 09 voix contre, la loi a été adoptée dans une ambiance houleuse.

Au courant de la journée, la tension était palpable. Des députés d'oppositions ont entonné l'hymne national pendant la présentation du projet de loi répétant le passage suivant: "Que ne vive point en Tunisie quiconque la trahit". Ils ont voulu ainsi contester le passage en force de l’examen du projet de loi malgré les réserves qu’ils ont exprimé obligeant président de l'ARP a lever la séance.

Devant l'Assemblée plusieurs manifestants du mouvement "Manich Msemah" ("Je ne pardonne pas") ont manifesté contre cette loi entrainant des tensions entre la police et les manifestants.

Dans une déclaration accordée à la TAP, le député et président du bloc du FP, Ahmed Seddik, a déclaré que "l'agression des forces de sécurité contre des manifestants pacifiques devant le parlement est un précédent dangereux".

Sur les réseaux sociaux les réactions ne manquent pas, certains internautes qualifiant cette adoption d'un "recul au niveau de la transition démocratique".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.